DE | FR

Ce musée va découvrir s'il expose vraiment des oeuvres nazies

Le Kunsthaus de Zurich expose, depuis cet automne, une collection aux origines plus que suspectes. Des experts indépendants ont été chargés cette semaine de vérifier ce qu'il en est vraiment.
16.12.2021, 15:39
Suivez-moi

L'intégration de la collection Bührle dans le nouveau bâtiment du Kunsthaus, récemment inauguré, a fait jaser. Beaucoup. Voici le pourquoi du comment.

Pour commencer, la collection appartenait à un type... un peu louche

La collection Bührle doit son nom à son créateur: Emil Georg Bührle. Qui était donc ce monsieur à l'air un peu austère?

Voilà ledit bonhomme, Emil Georg Bührle.
Voilà ledit bonhomme, Emil Georg Bührle. image: keystone
  • C'était un fabricant d'armes zurichois.
  • Il est devenu l'homme le plus riche de Suisse, notamment en vendant des armes à l'Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale.
  • De son vivant, son immense fortune lui a permis de se constituer une prestigieuse collection d'art.
  • Cette collection de quelque 203 œuvres comprend des œuvres de peintres Picasso, Monet, Matisse ou encore van Gogh. Rien que ça.
Parmi les oeuvres de la collection, ce célèbre nu du peintre Modigliani.
Parmi les oeuvres de la collection, ce célèbre nu du peintre Modigliani. image: keystone

Le hic: certaines de ces oeuvres pourraient être d'origine nazie

En effet, notre fameux Emil G. Bührle a fait affaire avec des nazis et s'est considérablement enrichi grâce à eux.

La question qui se pose désormais est de savoir si certaines de ses oeuvres ont été volées aux Juifs par les nazis pendant la Guerre.

Aujourd'hui, l'origine de la grande majorité des 203 oeuvres concernées est établie. Selon le directeur de la Fondation Bührle, Lukas Gloor, l'origine de 113 tableaux a été «complètement clarifiée», et «ne pose aucun problème».

Mais il subsiste, toutefois, certaines lacunes au sujet des 90 œuvres restantes.

Du coup, le Kunsthaus va enquêter

Mise sous pression et vivement critiquée pour son manque de transparence, la société d'art du Kunsthaus va mandater un groupe d'experts indépendants afin de faire toute la lumière sur cette sombre affaire.

Le canton et la ville de Zurich avaient notamment exigé ces éclaircissements.

Ce groupe d'experts va se plonger dans les archives pour vérifier si le traçage des oeuvres, réalisé et présenté par les responsables de la collection, a été accompli correctement.

En attendant, le musée se défend de posséder un héritage nazi

Même s'il est évident que l'industriel zurichois a fait fortune grâce au IIIe Reich, le directeur de la Fondation Bührle, Lukas Gloor, en est convaincu:

«Bührle ne nous a pas légué une collection d'art nazie»

Le directeur du Kunsthaus a, pour sa part, affirmé mercredi lors d'une conférence de presse:

«Il ne s'agit pas d'établir ce qu'est le bien ou le mal, mais d'établir des faits historiques. Dans le meilleur des cas, l'histoire nous permet d'apprendre. Nous acceptons cette mission».
Christoph Becker, directeur du Kunsthaus

Pour l'instant, le Kunsthaus réfute les accusations selon lesquelles Emil Bühlre n'aurait jamais pu acheter certains de ses tableaux autrement qu'en profitant de la fuite urgente des Juifs du nazisme.

Mercredi, Christoph Becker s'est contenté de souligner que 100 000 visiteurs ont visité le musée depuis l'ouverture de l'extension du Kunsthaus en octobre – et pu profiter d'admirer la sulfureuse collection.

Et il se passera quoi si le vol est avéré?

Dans certains cas, les musées peuvent restituer les œuvres spoilées à leurs propriétaires. C'est le cas du Kunstmuseum de Berne qui a rendu deux tableaux de la collection Gurlitt – même s'il n'a pas été totalement prouvé que les œuvres ont bien été pillées ou prises à des réfugiés.

Pour leur part, la Fondation Bührle, le Kunsthaus et la société d'art ont choisi de rejeter toute demande de retour. Ils n'utiliseront pas non plus le nouveau terme «retrait lié à la persécution des nazis», utilisée comme norme par le Kunstmuseum de Berne.

Toutefois, le Kunsthaus approuve l'idée que la Confédération soutienne les musées suisses dans le traçage et la restitution d'oeuvres volées. En attendant, le sujet devient politique: motion en ce sens est en cours de traitement par les Chambres fédérales.

Bon, et strictement rien à voir, mais voici nos Marie et Margaux préférées... au marché de Noël d'Yverdon

Plus d'articles sur la Suisse

En Suisse, les meurtres parfaits sont trop nombreux

Link zum Artikel

La Coupe de Suisse de football en est-elle vraiment une?

Link zum Artikel

Devinez quelle est la ville la plus bruyante de Suisse!

Link zum Artikel

Participez à notre grand classement sur les conseillers fédéraux

Link zum Artikel
Ueli Maurer: «Sur le Covid, les médias participent à répandre la peur»
Le conseiller fédéral Ueli Maurer est en désaccord avec la politique du Covid-19 et aussi avec l'achat de l'avion de combat américain F-35. Mais le ministre des finances s'inquiète surtout de la compétitivité de la place économique suisse. Il se bat pour la suppression du droit de timbre.

Malgré un nombre record de contaminations, le Conseil fédéral renonce à prendre des mesures supplémentaires. Le gouvernement a-t-il adopté la ligne d'Ueli Maurer en appliquant le moins de restrictions possible?
Ueli Maurer
: La situation a changé. Omicron ne provoque que très peu d'évolutions graves de la maladie. C'est pourquoi on peut progressivement retourner à la «normale».

L’article