DE | FR
Un invité du Centre Croix-Rouge pour mineurs non accompagnés demandeurs d'asile (MNA) étudie un livre le 19 mars 2017 à Paradiso, Tessin

Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus. Image: keystone

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Pour l'Observatoire suisse du droit d'asile et des étrangers (ODAE) la situation est alarmante. Selon ses analyses, les demandeurs d'asile n'ont pratiquement pas accès à l'éducation. Les raisons sont juridiques, mais surtout pratiques.



Malgré l'introduction d'un enseignement scolaire de base dans les centres fédéraux et d'un soutien linguistique précoce pour les requérants ayant la perspective d'un droit de séjour, l’accès à l’éducation reste fortement limité pour les demandeurs d'asile. Voici ce que constate Observatoire suisse du droit d'asile et des étrangers (ODAE) dans un rapport publié mardi.

Les enfants restent trop longtemps scolarisés dans des classes d’accueil séparées, au lieu d'être admis dans des classes régulières. Dans ses analyses, l'ODAE ajoute que l’accent porte trop unilatéralement sur l’apprentissage de la langue au lieu de la culture générale au sens large. Et la situation des adolescents et des jeunes adultes ne s'arrange pas.

Compétences préexistantes ignorées

Les mineurs ne bénéficient pas partout d’un enseignement complet, et les jeunes de 16 à 18 ans en sont souvent totalement exclus. Concernant les jeunes adultes, il existe certes un large éventail d’offres éducatives axées sur l’intégration, mais les compétences préexistantes ne sont pas assez valorisées.

Ainsi, pour les personnes ayant des diplômes étrangers ou manquant de réseaux de soutien le système de formation dual est «un leurre», selon l'ODAE.

Aucune perspective après l'école

Après l’éducation purement scolaire, le parcours de formation des adolescents et jeunes adultes sans statut de séjour est définitivement terminé. Il n’existe actuellement aucun instrument praticable pour leur offrir des perspectives.

Pour l'Observatoire, toutes ces personnes devraient être autorisées à se former selon leurs capacités, indépendamment du statut de résidence. Elle plaide ainsi en faveur de:

(ats/mndl)

Manifestement, le monde va mal... Vous n'arrivez plus à vous projeter? C'est normal

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La violence dans l'éducation des enfants augmente avec la pandémie

Le 30 avril marque la journée internationale de la non-violence éducative. Les sévices faits aux enfants sont une réalité quotidienne dans de nombreuses familles. La pandémie et le confinement n'aident pas.

De nombreux enfants ne bénéficient pas d'un environnement bienveillant, que ce soit à l'école ou au sein de leur famille. En Suisse, les chiffres sont effrayants: 1500 pris en charge par les urgences pédiatriques des hôpitaux, chaque année. Un nombre qui est loin de s'être atténué avec la crise du Covid-19. Le 30 avril marque la journée internationale contre la violence dans l'éducation des enfants.

En 2020, la violence domestique a augmenté de 2,3%, et dans la moitié des cas recensés par la …

Lire l’article
Link zum Artikel