DE | FR

La police bernoise disperse 200 jeunes manifestants pour le climat

1 / 11
Grève pour le climat à Berne, en images
source: sda / anthony anex
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Environ 200 activistes ont observé un sit-in, vendredi, au centre de Berne, à l'occasion de la grève internationale du climat. Ils ont été dispersés. La police est intervenue aussi à Zurich.



Des activistes pour le climat ont entamé une action de protestation, vers midi, vendredi. Elle avait été autorisée par la municipalité bernoise, mais à la condition que le nombre de participants ne dépasse les quinze personnes, à savoir le maximum autorisé dans le cadre des mesures de protection contre la pandémie de Covid-19.

Compte officiel de la grève du climat

A Berne, nous faisons aujourd'hui la grève pour la justice climatique et la mise en place du plan d'action pour le climat.

compte twitter officiel de la grève du climat, en Suisse

La police a d'abord demandé aux activistes de quitter le rassemblement, puis elle a publié un bilan sur son compte twitter:

A propos de la manifestation d'aujourd'hui à Berne : Il y avait beaucoup plus de personnes que les 15 autorisées par l'ordonnance cantonale Covid, ce que nous avons signalé à plusieurs reprises. Au final, environ 200 personnes ont été contrôlées. Parmi eux, environ 180, dont les organisateurs, seront inculpés.

Intervention a Zurich

Environ 200 personnes se sont également réunies à Zurich en fin d'après-midi. A peine leur sit-in avait-il commencé que la police municipale dispersait les premiers militants par petits groupes. Les activistes zurichois ne disposaient pas d'autorisation de manifester. Dans leur demande, ils avaient annoncé un maximum de 100 participants. (ats)

Les organisateurs de la manif de Bâle échappent à une punition

Le gouvernement de Bâle-Campagne ne voit aucun moyen de poursuivre les organisateurs de la manifestation contre les mesures de précaution, qui a rassemblé 8000 personnes samedi dernier.

Les autorités de Bâle-Campagne «désapprouvent» l'attitude des organisateurs de la grande manifestation contre les mesures de protection contre le coronavirus, samedi dernier à Liestal. Mais, malgré le fait qu'ils n'aient pas appliqué l'obligation de porter un masque, le gouvernement ne voit pas comment les punir.

Le service juridique du gouvernement et du parlement de Bâle-Campagne a évalué, avec les juristes du département cantonal de la sécurité, les possibilités d'amender les …

Lire l’article
Link zum Artikel