en partie ensoleillé
DE | FR
3
Suisse
Certificat Covid

Les anti-Covid seraient prêts à se radicaliser

Ceux qui s'en sont pris au Palais fédéral sont des «extrémistes monothématiques»

Des échauffourées ont eu lieu à plusieurs reprises autour du Palais fédéral. Et si les anti-mesures Covid se radicalisaient? C'est ce que craint André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité.
26.09.2021, 09:4826.09.2021, 10:54

Une partie des personnes opposées aux restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus commence à se radicaliser, alerte André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité (RNS). Elles sont prêtes à commettre des actes de violence, ajoute-t-il.

«On voit qu'il y a une montée en puissance de la frange de la population qui s'oppose aux mesures Covid, en particulier depuis l'extension du certificat»
André Duvillard, dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanchesource: Le Matin dimanche

L'expert pointe les dernières manifestations à Berne, lors desquelles des couteaux et des tournevis ont notamment été saisis 👇.

Demonstranten schwenken Fahnen hinter einem Zaun vor dem Bundeshaus auf dem Bundesplatz, waehrend einer Demonstration gegen die Massnahmen im Zusammenhang mit dem Coronavirus, am Donnerstag, 16. Septe ...
Image: sda

Ces manifestants sont des «extrémistes monothématiques», précise le spécialiste de la lutte contre la radicalisation. Ni d'extrême gauche ni d'extrême droite:

«Ils sont prêts à devenir violents par rapport à une cause très particulière, qui est celle du Covid-19.»

Il est encore trop tôt pour dresser leur profil, remarque André Duvillard. Mais «à Berne, on a vu plutôt des hommes, entre 30 et 40 ans, bien intégrés».

Le Palais fédéral sous haute sécurité
Suite aux violences de la manifestation du 16 septembre à Berne, l'Office fédéral de la police (Fedpol) a assuré disposer d'un dispositif contre d'éventuelles intrusions dans le Palais fédéral. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) examine, lui, une éventuelle implication de groupes extrémistes violents dans le milieu des sceptiques face aux mesures contre la pandémie.

Quelle sera la prochaine étape?

«C'est une nouvelle forme d'extrémisme que l'on voit apparaître sur le plan international», poursuit l'expert. En cas de récupération politique, il y a un risque «que cela aboutisse à des affrontements entre des membres de l'extrême gauche et de l'extrême droite».

André Duvillard dit n'avoir pas souvenir d'une telle concentration de manifestations comme actuellement en Suisse. Il appelle à être attentif à la situation ces prochaines semaines, notamment avant les votations de novembre sur la loi Covid. (jah/ats)

(sda/ats)

Manifestation à Lausanne contre le Certificat Covid

Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Un gay au Conseil fédéral? «Il y en a plus que vous ne pensez à l'UDC»
Et si c'était parce qu'elle est dure et parfois extrême qu'une certaine droite attire à elle, pour différentes raisons, des adhérents issus des minorités LGBT?

Le week-end prochain à Echallens, dans le canton de Vaud, Catherine* participera pour la première fois à l’assemblée des femmes romandes de l’UDC. Le 23 décembre 2020, elle faisait son coming-out, confie-t-elle à watson. Auparavant, Catherine était un homme aux yeux de la loi. Aujourd’hui, elle est une femme, reconnue comme telle. Agée de 49 ans, mère de six enfants après avoir été leur père, elle est inscrite à la section du Gros-de-Vaud de l’Union démocratique du centre.

L’article