ciel couvert
DE | FR
Suisse
Chuv

Au Chuv, de mystérieux cacas dans les vestiaire pour femmes

Une affaire d'excréments humains suscite un malaise au Centre hospitalier universitaire vaudois où une personne pas encore identifiée vient se soulager dans les vestiaires du bâtiment central.
Une affaire d'excréments humains suscite un malaise au Centre hospitalier universitaire vaudois où une personne pas encore identifiée vient se soulager dans les vestiaires du bâtiment central.Image: watson

Au Chuv, de mystérieux cacas sur le sol du vestiaire pour femmes

Depuis cet été, le sol des vestiaires pour femmes du bâtiment principal du Chuv est régulièrement jonché d'excréments humains. Malaise du personnel nettoyant et des collaboratrices.
28.10.2021, 05:5928.10.2021, 10:09

Pour le personnel nettoyant comme pour les collaboratrices qui fréquentent les vestiaires pour femmes du bâtiment principal du CHUV, le «cadeau» est affligeant aussi bien pour les yeux que pour les narines. Depuis cet été, les habituées des lieux ont un sujet récurrent: les excréments humains qui jonchent régulièrement le sol.

Mais qui donc fait caca dans les vestiaires? Marque de défiance agrémentée d'une revendication scatologique? Ou acte d'une personne vraisemblablement désaxée? Pour le moment, personne ne sait.

Excréments humains au sol de l'hôpital

Image
«Cela arrive au moins une fois par semaine. C'est dégoûtant!»
Une collaboratrice

«Par chance pour moi, les choses se passent loin de mon casier. Mais j'ai une pensée pour les nettoyeuses, qui n'en peuvent plus», déclare une doctoresse. Selon nos informations, le passage à l'acte de l'indélicate personne qui confond vestiaires et sanitaires survient alternativement le matin vers 7h ou le soir aux environs de 19h.

Problème d'hygiène

«Des excréments ont été effectivement retrouvés à plusieurs reprises au courant du mois d’août dans les vestiaires du bâtiment principal», confirme Catherine Cossy, porte-parole du CHUV. Selon elle, ces souillures ont poussé le Service propreté et hygiène à réaliser une affichette pour dénoncer les incivilités et inviter au respect des lieux. Interrogée sur les problèmes d'hygiène induits par ces défécations sauvages dans cet établissement censé être le temple de la propreté, Catherine Cossy affirme qu'il n'y a pas eu de cas signalé depuis la fin du mois d’août.

«Quelque 3300 personnes ont un casier au CHUV. Les vestiaires sont nettoyés tous les jours ouvrables et un contrôle a lieu également les week-end»
Catherine Cossy porte-parole du CHUV

«Il n’est toutefois pas possible d’exclure des incivilités affectant la propreté», a-t-elle ajouté. Mais, selon un médecin ayant un casier dans ces vestiaires, les faits continuent: «En octobre, il y a encore eu des étrons.» (apn)

Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne

1 / 13
Manifestation autorisée contre les mesures Covid à Berne
source: sda / peter schneider
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: L’astrologie

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les hôpitaux suisses ne sont pas aussi propres que vous le pensez
En 2021, près de 40% des établissements hospitaliers contrôlés par Swissmedic n'ont pas respecté les normes d'hygiène recommandées. Un hôpital vaudois épinglé déplore une faute de moyens.

Gare aux infections que l'on attrape non pas hors de chez soi, mais... au sein des services hospitaliers. Si l'on en croit un récent article de 24 heures, en 2021, sur 20 hôpitaux suisses contrôlés par Swissmedic, 39% n'ont pas satisfait les exigences en matière de désinfection des instruments chirurgicaux. Selon les derniers rapports de l'autorité d'inspection, 50% d'entre eux n'employaient pas non plus de personnel «suffisamment qualifié et formé». Lors de contrôles improvisés, un des inspecteurs de Swissmedic s'étant entretenu avec le quotidien vaudois déclare, par ailleurs, avoir fait face à des scènes «écœurantes».

L’article