DE | FR
Bild

Keystone

Il est 11:59. Faites un max de bruit pour le climat!

L'action a valeur de symbole. Faire un max de bruit à 11:59 tapante pour souligner l'urgence climatique. A l'origine cette action de mobilisation, la Grève pour l’avenir. Le mouvement se veut le rassemblement de plusieurs luttes sociales actuelles.



La Grève pour l’avenir appelle toute la Suisse à se mobiliser aujourd'hui, le 21 mai, en faveur du climat. A 11h59, il est prévu de faire le plus de bruit possible afin «de symboliser l'urgence climatique».

La manifestation, enfant de la Grève du climat, se tient deux ans après les débuts de ce mouvement qui a marqué durablement le paysage politique.

Plutôt discrète l’an dernier en raison des mesures Covid, la Grève pour l’avenir rêve de devenir un point de ralliement pour de nombreuses luttes sociales, qui ont fait parler d’elles ses dernières années, tels que la Grève féministe et Extinction rébellion. Voici ce qu’il faut savoir.

Partout en Suisse

Près de 180 événements sont organisés à travers le pays pour cette deuxième Grève pour l’avenir, dont 7 à Genève, 17 à Lausanne, une vingtaine à Zurich et d’autres disséminés dans tout le pays. Il s’agit essentiellement de rassemblements, de stands ou de diverses actions visant à rendre visible la mobilisation.

L’événement est organisé par différents collectifs décentralisés, indépendants, pouvant se mettre en grève pour des revendications qui leur sont propres.

Quelle est son origine?

Les racines de la Grève de l’avenir sont à trouver du côté des grévistes du climat, ces étudiants qui avaient répondu à l’appel de Greta Thunberg fin 2018. Une mobilisation d’importance avait ensuite marqué le pays le 18 janvier 2019 et engendré des réactions politiques et sociales, dont on ressent encore les effets aujourd’hui. Par la suite, d’autres événements avaient eu lieu ici et là.

La journée du 21 mai est annoncée comme une journée de mobilisation, d'action et de grève collective. «Les collectifs déjà formés et autonomes à tous les niveaux participeront à leur manière et jetteront ainsi les bases d'une collaboration et d'une lutte à plus long terme», lit-on encore sur le site de la manifestation.

Quelles revendications?

Avec la Grève de l’avenir, on dépasse la seule notion de la protection du climat. Dans le manifeste de la manifestation, on évoque une grève «pour un avenir écologique, solidaire et équitable pour touxtes». On y évoque la question des camps de réfugiés, les conditions de travail «indécentes» et, partant, «la perte de moyens de subsistance des peuples».

Plus précisément, le manifeste dénonce l’échec du système économique actuel, «qui repose sur une croissance illimitée». Il s’en prend au côté «antidémocratique» de la politique parlementaire, qui serait incapable de répondre aux enjeux, et au système capitalisme générateur des crises économiques, écologiques et sociales...

Qui est de la partie?

C’est un peu la grande interrogation: à quel point les différents mouvements, affirmant répondre à l’appel de la Grève de l’avenir, vont-ils faire front commun?

De manière non exhaustive, on retrouve la Grève du climat, Extinction rébellion, la Grève féministe, les syndicats… Même les églises fribourgeoises (entre autres) ont affiché leur soutien.

Rare en Suisse, le terme de convergence des luttes a refait son apparition récemment, alors qu’on l’avait entendu publiquement en Suisse pour la dernière fois lors des manifestations contre le G8 à Genève en 2003. Est-ce que la mayonnaise prendra?

La grève pour l'avenir en images

1 / 18
La Grève pour l'Avenir, en images
source: sda / anthony anex
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Les ados, inclusifs dans la vraie vie? «C'est compliqué»

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Les requérants d'asile seront davantage vidéosurveillés

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

«Il y a le feu au lac», c'est ainsi que des militants écologistes avaient nommé leur action, le 5 mars 2020. Ce jour-là, ils avaient bloqué la circulation sur une des avenues principales de la ville de Neuchâtel. Aujourd'hui, ils ont affaire à la justice.

Quinze activistes d'Extinction Rebellion seront jugés ce lundi mai par le Tribunal de police de Neuchâtel pour avoir occupé, le 5 mars 2020, une des artères principales de la ville pendant 75 minutes. L'action nommée «Il y a le feu au lac» visait à attirer l'attention du public sur l'urgence climatique.

L'organisation veut faire du 17 mai, date où le procès aura lieu, une «journée festive en signe de solidarité avec les rebelles prévenus» et veut réclamer «une fois de plus la mise en …

Lire l’article
Link zum Artikel