Suisse
Commentaire

Merci à l'Iran et la Chine de critiquer la Suisse

Xi Jinping, Ebrahim Raïssi, la Suisse et les droits de l'homme.
Accepter des conseils sur les droits de l'homme de la part de deux des pays les plus totalitaires du monde? Challenge accepted.keystone / shutterstock (montage watson)
Commentaire

Merci à l'Iran et la Chine de critiquer la Suisse

Au sein du Conseil des droits de l'homme, l'Iran et la Chine donnent des conseils à la Suisse. Cela semble absurde et pourtant...
30.01.2023, 16:50
Stefan Bühler / ch media
Plus de «Suisse»

En Iran, les femmes descendent depuis des mois dans la rue pour protester contre leur oppression. Elles et leurs compagnons de lutte masculins risquent ainsi leur liberté, voire leur vie. En Chine, ce ne serait pas un, mais près de deux millions d'Ouïghours qui seraient emprisonnés: c'est ce qu'aurait confié le chef d'Etat Xi Jinping en personne à Ueli Maurer, selon la NZZ.

La Chine et l'Iran sont parmi les pays qui exécutent le plus de personnes, avec des procès douteux et des méthodes horribles: la pendaison à une grue de chantier, par exemple.

Il semble absurde que des délégués de tels Etats de non-droit critiquent la situation des droits de l'homme en Suisse. C'est pourtant ce qui s'est passé vendredi à Genève: le Conseil des droits de l'homme de l'ONU devait se pencher sur la situation au sein de la Confédération. Chaque pays a eu l'occasion de s'exprimer sur la situation en chez nous et de faire des recommandations.

L'Iran et la Chine n'ont pas raté l'occasion. La représentante chinoise a pointé les discriminations et le discours haineux envers les minorités et les migrants en Suisse. De son côté, la diplomate iranienne a critiqué le manque de places de garde pour les enfants en âge préscolaire, ce qui rend l'accès au marché du travail plus difficile pour les Suissesses. L'Iran a donc demandé à Berne davantage de places de crèche et un engagement plus important en faveur de l'égalité.

Notre premier réflexe est évident: sont-ils vraiment les mieux placés pour nous donner des conseils? Mais ce réflexe est erroné pour au moins trois raisons:
  1. L'origine des critiques est secondaire. Un regard extérieur permet de prendre conscience des lacunes de notre pays, même si la Suisse est bien placée en comparaison internationale. La Chine et l'Iran ont pointé des faiblesses que d'autres pays ont souvent mises en avant. Leurs critiques ne sont manifestement pas dénuées de fondement et devraient être prises au sérieux.
  2. Les reproches des autres Etats rejaillissent sur eux. Ceux qui déplorent l'attitude de la Suisse vis-à-vis de ses minorités seront jugés à la lumière de ces critiques lors de leur propre examen. La Chine, par exemple, lorsqu'il s'agit de sa politique contre les Ouïghours et les Tibétains. Ou l'Iran pour l'oppression des femmes.
  3. En matière de droits de l'homme, il ne s'agit pas d'être meilleur que les autres, mais de s'améliorer soi-même. Grâce aux remarques de vendredi à Genève, la Suisse sait désormais par où commencer.
Cette DJ utilise un canon à confettis dans le mauvais sens et se le prend en pleine poire
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Voici les problèmes du nouvel horaire des CFF
L’Alliance des villes émet un bilan mitigé sur le nouvel horaire CFF en Suisse romande. Elle pointe notamment des problèmes pour les trains vers Genève et les changements à Renens.

L’Alliance des villes dresse un bilan mitigé de l’horaire CFF pour la Suisse romande qui entrera en vigueur le 15 décembre, malgré des améliorations certaines par rapport aux annonces de mai 2023. Elle salue néanmoins le dialogue mis en place avec les villes concernées.

L’article