DE | FR
Commentaire

J'ai attendu deux ans pour une place en crèche et voilà ce que j'ai appris

Près de 4000 enfants vaudois attendent encore une place en crèche publique, selon l'enquête du quotidien 24 heures. Entre galère, sens de la débrouille et aide familiale, récit personnel d'une maman qui travaille.
27.06.2022, 17:0201.07.2022, 11:06
Suivez-moi

«Comme tu es la seule maman dans cette rédaction, tu ne voudrais pas nous faire un commentaire à ce sujet?», me lance un collègue. «Alors ça, il n'y aucun souci, j'ai des choses à dire.» Il faut dire que j'attendais cet article depuis quelques jours. Après avoir lancé des appels à témoignages sur les réseaux sociaux, le quotidien 24 heures livre une enquête étayée sur le manque flagrant de places dans les crèches vaudoises. Le titre est on ne peut plus clair: au moins 4000 enfants attendent une place en crèche. Eh bien, vous savez quoi? Il y a encore une année, mon fils en faisait partie. Récit d'un parcours semé d'embûches.

On a gagné au Loto, c'est ça?

«Bonjour, c'est l'AJEMA pour votre fils, nous avons le plaisir de vous annoncer qu'il y a une place disponible dans une structure d'accueil, est-ce que vous êtes toujours intéressée?» Ce coup de fil du réseau d'accueil sonne comme un gain à la loterie. Le gros lot, c'est quoi? Une place en crèche publique. La réponse devra se faire dans un délai de quelques jours sinon la place ira à un autre enfant. «On écrit le mail ce soir, faut pas rater la place», lançais-je euphorique à mon conjoint.

«Après deux ans, j'ai cru qu'ils nous avaient oubliés»
Mère soulagée que j'étais

Après avoir inscrit notre fils (encore en gestation) en 2018, c'est au printemps 2020 que le réseau d'accueil nous contacte pour cette heureuse nouvelle. Deux ans: on n'y croyait plus.

«On a eu une place parce que j'ai insisté auprès de l'AJEMA, je les ai appelés presque tous les mois, il ne faut pas lâcher, tu sais»
Propos entendus auprès d'une mère tenace

Ces conseils entendus auprès de mères expérimentées, je ne les ai pas pris en compte, entendez par là, je n'ai pas harcelé la personne en charge des placements de ma commune. Mais ce qui frappe aussi lorsque l'on inscrit son enfant pour une solution de garde, c'est le manque de transparence du réseau, comme le relève 24 heures.

«Premier constat: le système est un véritable labyrinthe, où rien n’est uniformisé. Chaque réseau a sa propre manière de gérer la liste d’attente, ses propres règles tarifaires, sa propre administration. Ces spécificités locales servent souvent d’argument pour justifier le manque de transparence»
«Au moins 4000 enfants attendent une place en crèche»24 Heures

En résumé, on ne sait pas comment est constituée la liste d'attente, quels sont les critères précis de placement et surtout, quelles seraient les conséquences si l'on refuse une place.

«Tu crois que si je refuse la proposition, ils vont nous remettre en bas de la liste?»
Moi, après avoir refusé une place dans une crèche qui me proposait quatre jours de garde au lieu de trois
«Moi, j'aurais accepté les quatre jours même si tu pouvais le garder un jour de plus, au moins il est en crèche, ce n'est pas sûr qu'ils nous rappellent»
Conjoint désabusé par mon refus

Bon, ils ont fini par nous rappeler, mais cela a pris quelques mois supplémentaires. Il faut aussi rappeler que selon 24 heures, obtenir une place en crèche peut prendre jusqu'à quatre ans selon la commune. Mais alors, comment a-t-on fait durant ces deux premières années? Ode aux grands-parents et à la débrouille.

Allo mamie?

Ce matin, j'ai déposé le petit chez ses grands-parents, je ferme la porte du jardin et en voilà un autre couple de personnes âgées, se promenant avec des bambins âgés de 4 à 8 ans. Je continue mon chemin et croise des grands-parents affairés à ranger une poussette dans une voiture. Bon, il faudra du courage à ceux-là, car ils avaient trois mômes à gérer.

Ils sont donc partout. Les papys et mamies qui gardent les enfants en bas âges. Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS) quelque 45% des grands-mères et 33% des grands-pères s'occupent de leurs petits-enfants au moins une fois par semaine. Et pour ceux qui l'ont vécu ou qui le vivent actuellement, cette question est incontournable :

«On fait comment? Demande à ta mère, car elle est plus près, si elle ne peut pas, je demande à la mienne»

Car, oui, les grands-parents sont devenus indispensables dans ce monde où pour certains politiques la garde des enfants reste une affaire privée. «Vous avez choisi de faire des enfants, vous devez vous en occuper, mères indignes!»: cette injonction populiste résonnait quelques fois dans mon esprit lorsque je déposais le petit en crèche. Culpabilité, quand tu nous tiens.

Bon, pour en revenir aux grands-parents, certains en ont assez de garder les petits enfants, sans autres formes de compensations. Ruth Fries, mamie zurichoise expliquait dans les colonnes de la NZZ qu'elle lançait «la Révolution des grands-mères», sorte de manifeste qui demande que les grands-parents soient dédommagés pour la garde de leurs petits enfants.

«Qui s'occupe des enfants quand ni la mère ni le père ne veulent réduire leur temps de travail et que l'enfant ne peut pas aller en crèche tous les jours? Les grands-parents bien sûr!»
Ruth Fries, grand-mère et baby-sitter militante

Ruth Fries souhaite que ce baby-sitting, qui représentait 160 millions d'heures, soit plus de 8 milliards de francs en 2016, soit dédommagé. Ce dédommagement se transformerait en allègements fiscaux, des bons ou une rente plus élevée, suggère la grand-mère militante.

Pour les autres, la galère

Et pour ceux qui ne peuvent pas faire appel aux grands-parents, parce qu'ils ne souhaitent pas s'occuper de leurs petits enfants ou ceux qui travaillent encore? Ah ben, là, c'est la galère.

«Sur la Riviera, Juliane n’a eu d’autre choix que de faire appel à sa mère, qui a dû démissionner, pour garder sa deuxième fille»
«Les communes devraient réaliser à quel point la situation est dramatique»24 heures

Pour le coup, en lisant ce témoignage, je me dis que j'ai eu beaucoup de chance. La première année, mon fils était gardé par ma famille proche (remerciements éternels aux grands-parents ainsi qu'à la cousine qui a conduit 150 kilomètres tous les mardis pour garder un bébé d'une année). Mais que s'est-il passé la seconde année me demanderiez-vous? Eh bien, nous avons trouvé une place en crèche privée, en attendant le fameux coup de fil de l'AJEMA. La crèche privée, c'est sympa, c'est très grand, c'est trilingue (on n'a pas cherché selon ce critère, on vous rassure), mais ça coûte un bras.

«1912 francs par mois, pour trois jours par semaine, sérieux? Mais on travaille pour payer la crèche, je suis dégoûtée»
Ma rengaine en voyant la facture de la crèche privée

Nous avons attendu encore une année dans les limbes de la liste d'attente de notre commune avant qu'une place correspondant à nos critères de recherche se libère, avec à la clef, un soulagement pour toute la famille, mais aussi pour notre porte-monnaie.

J'ai lu attentivement les premiers articles de 24 heures consacrés à l'accueil de jour et je suis navrée pour tous ces parents qui n'ont pas eu la chance de jongler avec des grands-parents bienveillants et disponibles. Aujourd'hui, il ne reste plus qu'une année en crèche pour notre fils et bientôt il rentrera à l'école. Je me dis que les soucis de placement seront enfin derrière nous. C'est alors que mon conjoint me lance:

«On a reçu le courrier pour le parascolaire, il faut répondre avant le mois d'août, dernier délai, tu crois qu'on aura une place?»

Le petit Louis est un mème

1 / 17
Le petit Louis est un mème
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un nouveau foyer pour des enfants ukrainiens

Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
La gare de Zurich pue, des équipes de nettoyage sont mobilisées
Une odeur nauséabonde provoque depuis des semaines le mécontentement des voyageurs dans certaines parties de la gare de Zurich. Les CFF demandent de faire preuve de patience et fournissent quelques explications. Des équipes de nettoyage sont mobilisées pour mettre fin aux odeurs.

Ça pue à la gare de Zurich. Les voies 31 à 34 de la gare souterraine sont concernées par une puanteur ressentie par les usagers depuis des semaines. Soit «là où les trains express de Berne, Olten, Saint-Gall et Thurgovie se croisent et où les différentes lignes de S-Bahn entrent et sortent», selon nos collègues de watson à Zürich.

L’article