DE | FR
Commentaire

Un leader UDC qui tient des propos racistes? Sans blague!

Des internautes ont partagé leur indignation face à la diatribe ouvertement xénophobe de Thomas Aeschi délivrée mercredi au Parlement. Auraient-ils oublié de qui l'on parle et son but premier?
17.03.2022, 19:0118.03.2022, 06:23
Suivez-moi

Mercredi matin, lors d'une réunion du Conseil national organisée en urgence, notamment au sujet de l'accueil des réfugiés en Suisse, le président du groupe parlementaire UDC aux Chambres fédérales Thomas Aeschi a déclaré: «Il est inadmissible que des Nigériens ou des Irakiens avec des passeports ukrainiens violent soudainement des Ukrainiennes de 18 ans! Cela ne doit pas être autorisé.» Une information relayée dans la soirée par l'édition suisse alémanique de Blick; la polémique était lancée.

Dans les heures qui ont suivi, de nombreux internautes se sont empressés de crier au racisme: «On en a lu de la m*rde raciste, mais là l'UDC réussit encore à aller plus loin», «ce sont les gens comme Thomas Aeschi qui rendent ce pays exécrable de racisme ambiant», «dégueulasse et honteux», a-t-on pu lire sur Twitter. Oui, bien sûr les mots sont choquants. Mais dans cette affaire, la chose la plus étonnante, c'est plus volontiers l'indignation face aux propos que les propos eux-mêmes.

Choquer pour être relayé

Aeschi a fait du Aeschi: utiliser n'importe quel prétexte pour cantonner son discours politique aux idées d'un parti qui tente désespérément de ranimer les joies conservatrices de l'Ancien Monde. Pour appuyer sa position, le conseiller national raffole d'ailleurs de raccourcis et de liens sans causalité.

En 2017, pour soutenir son initiative contre la naturalisation facilitée, le poulain de Blocher avait détourné un fait divers en faveur de ses ambitions nationalistes: «6 Erythréens ont battu un homme sri-lankais. Votez NON à la naturalisation facilitée le 12 février 2017!», avait-il publié sur Facebook. Dans les commentaires, la plupart avaient - à juste titre - demandé le rapport entre les deux faits.

Rebelotte quelques années plus tard, lorsqu'il s'est servi d'une affaire de viol dans un wagon CFF pour exiger un renforcement des contrôles aux frontières.

On connaît donc le personnage. Face à l'arrivée de milliers de réfugiés ukrainiens en Suisse, Thomas Aeschi s'est à nouveau servi d'une affaire de viol dans un centre d'asile à Düsseldorf, afin de justifier son opposition à l'accueil des 60 000 réfugiés de la guerre annoncés par le Conseil fédéral. Parce que si c'est arrivé en Allemagne, cela va forcément arriver en Suisse. Evidemment.

Pour ce diplômé d'Harvard, il ne s'agit pas d'étayer ces événements ou de rendre logiques les liens faits entre eux. Il est surtout question de communication: choquer pour être relayé. Et ce, vastement. Ceux qui votent UDC se complairont donc dans les propos de l'un des leurs. Les autres devraient dépasser leur indignation et agir dans les urnes. Ce n'est pas une protestation sur les réseaux sociaux qui culpabilisera ce conservateur. Au contraire: son succès s'en nourrit. Ce serait bien de s'en souvenir.

Prenons un peu de hauteur: les pionniers du vol en Suisse

1 / 6
Pionniers du vol en Suisse
source: musée national suisse
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ces instants où Vladimir Poutine a essuyé des tornades

Plus d'articles sur la Suisse

Pourquoi la Suisse a-t-elle les trains les plus lents d'Europe?

Link zum Artikel

«Vous vous sentez discriminés», l'enquête de trop à la SSR?

Link zum Artikel

Le piratage de Swissport est plus grave que prévu

Link zum Artikel

Les nouveaux avions F-35 américains de la Suisse pourraient être... italiens

Link zum Artikel

Tabac et internet: interdire la pub qu'aux jeunes, c'est possible?

Link zum Artikel

Berne se prépare contre d'éventuelles pénuries d'électricité

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le drôle de cadeau offert au président sortant du Grand Conseil valaisan
Drôle de cadeau pour le président sortant du Grand Conseil valaisan. Manfred Schmid (Le Centre) s’est vu offrir le droit de tirer un mouflon. Et ce n'est pas tout.

Il fallait bien le remercier pour son année de bons et loyaux services à la présidence du Grand Conseil valaisan. Le journal Le Temps révèle que le service parlementaire a gratifié le démocrate-chrétien Manfred Schmid de la possibilité de tirer un mouflon. Vous savez, cet ovin aux longues cornes impressionnantes de beauté, ancêtre du monton:

L’article