DE | FR
La psychologue Daniela Jopp enseigne à l'université de Lausanne (Unil)
La psychologue Daniela Jopp enseigne à l'université de Lausanne (Unil)Image: watson

VIDÉO Serons-nous tous dépressifs à cause du Covid?

Votre moral est à la baisse et la solitude vous guette? Une psychologue vaudoise s'intéresse au mal-être généré par les mesures de semi-confinement. Spoiler: il faut soigner son réseau personnel pour tenter de s'en sortir.
04.03.2021, 06:0305.03.2021, 14:38

Entre les mois d'octobre et de décembre 2020, la psychologue et professeure Daniela Jopp a mesuré le sentiment d'isolement dû au confinement à l'aide de questionnaires en ligne, remplis par 741 personnes, âgées entre 18 et 90 ans. Résultat? C'est pas brillant: la solitude peut par exemple être aussi dangereuse pour le corps que la clope. Voici un condensé de son étude, en 2 minutes et en vidéo.

Vidéo: watson

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse estime qu'elle a fait (presque) tout juste avec les réfugiés
L'accueil des réfugiés ukrainiens en Suisse, quoiqu'imparfait, a été efficace. C'est, en substance, ce qu'affirme le Département de justice et police (DFJP) dans un premier bilan de la gestion de cette crise historique.

La guerre en Ukraine a provoqué l'exil de plus de six millions de personnes. C'est le plus grand mouvement de fuite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, souligne vendredi le Département de justice et police (DFJP). De plus, il est extrêmement rapide. Près de 50 000 réfugiés sont arrivés en Suisse en moins de trois mois. C'est davantage que durant toute la crise du Kosovo en 1999.

L’article