Suisse
Covid-19

Vous pensez que vous n'avez jamais eu le Covid? Pas si vite...

Vous pensez que vous n'avez jamais eu le Covid? Vous vous trompez peut-être

Le club des personnes non infectées se réduit de plus en plus. Il n'est pas encore clairement établi si ce sont les gènes ou autre chose qui constituent le ticket d'entrée.
10.08.2022, 06:26
Simon Maurer / ch media
Plus de «Suisse»

Il existe une légende dans les hôpitaux suisses: elle concerne une médecin de soins intensifs qui, malgré un contact permanent avec des patients Covid pendant plus de deux ans de pandémie, n'a jamais été infectée. Malgré des tests hebdomadaires, elle serait toujours restée négative, même lorsque son partenaire était alité à la maison avec de la fièvre et nécessitait des soins. Apparemment, le virus n'a tout simplement aucune chance contre le système immunitaire de cette femme.

Des milliers d'autres personnes soupçonnent également les défenses antivirales de leur corps de faire de même, parce qu'elles n'ont jamais été infectées par le coronavirus malgré un risque élevé et une exposition régulière. Il est toutefois difficile de prouver l'existence d'un tel super système immunitaire, car de très nombreuses personnes sont infectées sans remarquer de symptômes et sans se faire tester. Normalement, ces personnes devraient pouvoir être identifiées de manière fiable grâce à un test d'anticorps. Mais au niveau individuel et à cause de la vaccination, qui fait que les personnes vaccinées produisent également des anticorps, ce n'est pas si simple.

La dernière étude menée dans le canton de Genève a révélé la présence d'anticorps Covid dans le sang de 94% des personnes examinées. Des méthodes spéciales ont permis d'attribuer ces anticorps à une infection par le virus dans plus de deux tiers des cas. Mais comme seuls 90% des personnes infectées produisent suffisamment d'anticorps pour être mesurables, il n'est pas possible de dire exactement combien de personnes n'ont jamais eu le Covid. L'examen des épidémies précédentes montre toutefois qu'il est probable qu'il existe une immunité génétique contre certains variants du coronavirus.

L'homme de Neandertal qui est en nous nous rend vulnérables

En outre, il existe de nombreuses personnes qui sont immunisées contre d'autres virus en raison de leur patrimoine génétique. Ainsi, environ un Européen sur dix est génétiquement immunisé contre le VIH. Ceci s'explique par une mutation dans les gènes de nos ancêtres.

Il y a quelques centaines d'années, lorsque la peste et la variole faisaient rage en Europe, des enfants naissaient avec une mutation dans le gène CCR5. En raison de la mutation, les cellules immunitaires de ces nouveau-nés avaient une protéine de moins dans leur corps qui n'était plus intégrée dans la membrane de leurs cellules. A cette époque, ce n'était pas un inconvénient, mais un avantage, car les virus de la variole et les bactéries de la peste peuvent plus facilement attaquer les cellules contenant la protéine CCR5.

Si le récepteur CCR5 est présent sur une cellule, le VIH peut y pénétrer.
Image: DR

Les enfants ont survécu plus souvent que ceux qui n'ont pas subi de mutation et ont transmis leur variante génétique à près de 10% des Européens vivant aujourd'hui. Et comme l'ont découvert les chercheurs, il se trouve que le gène modifié immunise également contre le VIH.

Mais malheureusement, l'immunité a un prix. Une étude américaine a montré qu'un gène CCR5 muté était associé à une espérance de vie réduite. De plus, cette mutation est responsable, avec d'autres gènes CCR, d'une évolution particulièrement grave des infections au Covid. Ces variantes sont particulièrement fréquentes dans le patrimoine génétique des personnes d'origine européenne, car elles sont l'héritage génétique de l'homme de Neandertal.

Recherche de preuves de l'existence de l'immunité génétique Covid

Des phénomènes similaires peuvent être observés en Afrique: les personnes qui y vivent sont en grand nombre immunisées contre l'infection par le paludisme. En revanche, ils souffrent de drépanocytose, une maladie héréditaire qui modifie la forme des globules sanguins et qui est associée à des douleurs aiguës et à des états d'anxiété. L'immunité au Covid pourrait donc présenter des inconvénients.

Mais les généticiens de l'initiative de recherche «Covid Human Genetic Effort» sont actuellement en train de chercher fébrilement une preuve de l'existence de l'immunité génétique Covid. Selon Jean-Laurent Casanova de l'Université Rockefeller, à New York, les choses ne se présentent pas si mal: les récepteurs ACE-2 mutés dans les cellules du poumon sont des candidats prometteurs pour empêcher l'entrée du virus dans les cellules, a expliqué le chercheur au National Geographic.

Le groupe sanguin génétiquement déterminé semble également avoir une influence sur le risque de maladie. Les personnes du groupe sanguin 0 souffrent moins souvent d'évolutions graves, mais selon de récentes découvertes, cela n'est pas dû au groupe sanguin lui-même. C'est plutôt parce que la transmission du virus des malades aux personnes du même groupe sanguin est plus fréquente. Et les personnes de groupe 0, contrairement aux autres, ne sont compatibles qu'avec des patients du même groupe sanguin.

La bonne réponse est probablement à plusieurs niveaux

Les gènes ne sont pas les seuls à être discutés comme ticket d'entrée pour le club des personnes n'ayant pas eu le Covid. Selon l'experte en épidémiologie Nicola Low de l'Université de Berne, il serait également possible que les immuns du Covid n'aient qu'une prétendue non contamination. «Environ un tiers de la population a eu le virus sans s'en rendre compte», explique la professeure. Si l'on ajoute à cela la vaccination, cela donne une immunité hybride supplémentaire qui protège mieux que la vaccination seule.

De plus, de nombreuses personnes qui n'ont pas encore fait connaissance avec le virus sont tout simplement encore prudentes aujourd'hui. Les personnes à risque font partie de cette catégorie, elles continuent à porter des masques pour faire leurs courses et à éviter les rassemblements bondés. Mais leurs proches font également plus attention et n'ont donc souvent pas encore été en contact avec le Covid.

L'immunité partielle induite par les anciens coronavirus est probablement trop faible pour expliquer le fait d'être épargné par le virus. La situation est différente pour les vaccins. Au moins une partie des personnes est restée épargnée jusqu'au moment de la vaccination. La période sans contamination qui a suivi pourrait s'expliquer par l'effet protecteur du vaccin chez ces personnes sans contexte génétique particulier.

On ne sait donc pas encore avec certitude ce qui distingue les personnes jamais infectées du reste. Ce qui est sûr, c'est qu'elles aussi doivent être sur leurs gardes car les chiffres de l'infection en Angleterre montrent que les nouvelles variantes déjouent les mécanismes de protection jusqu'ici fiables et que les ancêtres ne peuvent donc plus les aider. (aargauerzeitung.ch)

Les portraits des résistants d'Azovstal
1 / 9
Les portraits des résistants d'Azovstal
partager sur Facebookpartager sur X
Une athlète fait un plongeon de 20 mètres avec une caméra sur la tête
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les CFF sont forcés de prendre des mesures à cause des Italiens
Comme les trains Eurocity de Milan à destination de Berne, Bâle et Genève sont trop souvent en retard, leur temps de parcours a été allongé. Mais ce n'est pas la seule liaison internationale sur laquelle les CFF se voient contraints de prendre des mesures.

Les trains Eurocity reliant Milan à Bâle via Brigue et Berne n'ont jamais été très rapides. Jusqu'à présent, les voyageurs passaient 4 heures et 12 minutes dans le train pour parcourir les quelque 350 kilomètres du trajet. Depuis le 2 avril, deux des trois trains proposés par jour ouvrable quittent Milan treize à quinze minutes plus tôt, mais sans arriver plus tôt à destination. Le week-end, trois liaisons sur quatre sont concernées. Dans le sens inverse, l'arrivée à Milan a été retardée de trois minutes.

L’article