DE | FR

Alain Berset: «Je n'ai pas assez remis en question la science»

Le ministre de la Santé, Alain Berset, a reconnu avoir commis des erreurs dans la lutte contre le Covid, en direct à la TV alémanique.
21.05.2021, 07:2021.05.2021, 15:35
Alain Berset, ministre de la Santé.
Alain Berset, ministre de la Santé.Image: sda

Le ministre suisse de la santé, Alain Berset, a reconnu jeudi soir avoir commis des erreurs dans la lutte contre le coronavirus. «Je n'ai pas assez remis en question la science au début», a-t-il déclaré sur les ondes de la SRF, lors de l'émission «Gredig direkt».

C'«était très confortable» pour le Conseil fédéral de simplement écouter l'avis de la science au début de la pandémie et de le mettre en oeuvre, a-t-il ajouté:

«Cela nous a amenés à prétendre que les masques pouvaient même être nuisibles.»

De nombreux experts scientifiques estimaient que l'on ne pouvait pas attendre de la population qu'elle utilise correctement les masques sanitaires, et que leur maniement incorrect pouvait être nuisible, poursuit le conseiller fédéral de 49 ans:

«Avec le recul, je dois dire que j'aurais dû me poser davantage de questions.»

Il rejette, cependant, l'affirmation soutenant que le port du masque a été déconseillé, car il y en avait trop peu de disponibles. «Si le gouvernement avait été convaincu à l'époque que les masques seraient utiles, on aurait simplement dû faire avec le matériel disponible».

Le socialiste fribourgeois salue, en revanche, les décisions prises dans le cadre de la vaccination. Les meilleurs vaccins contre le Covid-19 sont utilisés en Suisse, relève-t-il. Seuls des vaccins à ARN messager sont administrés, ajoute-t-il, soulignant que très peu de pays sont en mesure de le faire d'ici à l'été.

Berset a également remarqué que la crise a renforcé l'esprit d'équipe au sein du Conseil fédéral. La situation a, cependant, parfois été «physiquement très brutale» pour tous les ministres. Après le choc initial, le socialiste était «vraiment épuisé» entre la fin du mois d'avril et la mi-mai 2020. Mais, heureusement, dit-il, malgré la forte pression, il a toujours été capable de bien dormir. (ats)

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Variole du singe: le virus qui a tout pour faire peur
La guerre en Ukraine s'enlise, le Covid joue les petits bras et les vacances d'été tardent à pointer leurs coups de soleil. Le terreau est donc fertile pour s'enflammer autour d'un virus qui, pour l'heure, ne fait pas vraiment paniquer le monde scientifique. Sexe, horreur, paranoïa, voici les trois ingrédients qui font monter l'angoisse aussi vite qu'une mayonnaise.

Le 7 mai 2022, le monde (re)découvre la variole du singe par l'intermédiaire d'un anglicisme moins effrayant que la version française: monkeypox. Et pour cause, c'est en Angleterre qu'un homme, de retour d'un voyage au Nigeria, est parachuté au cœur d'une nouvelle inquiétude planétaire. Depuis, une centaine de cas ont été détectés en Occident. Confirmés ou suspectés. La Suisse n'échappe d'ailleurs pas aux annonces solennelles des autorités sanitaires, qui se succèdent.

L’article