Suisse
Covid-19

Alain Berset: «Je n'ai pas assez remis en question la science»

Alain Berset: «Je n'ai pas assez remis en question la science»

Le ministre de la Santé, Alain Berset, a reconnu avoir commis des erreurs dans la lutte contre le Covid, en direct à la TV alémanique.
21.05.2021, 07:2021.05.2021, 15:35
Plus de «Suisse»
Bundesrat Alain Berset spricht an einer Medienkonferenz zu Covid 19 Massnahmen, am Mittwoch, 19. Mai 2021, in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Alain Berset, ministre de la Santé.Image: sda

Le ministre suisse de la santé, Alain Berset, a reconnu jeudi soir avoir commis des erreurs dans la lutte contre le coronavirus. «Je n'ai pas assez remis en question la science au début», a-t-il déclaré sur les ondes de la SRF, lors de l'émission «Gredig direkt».

C'«était très confortable» pour le Conseil fédéral de simplement écouter l'avis de la science au début de la pandémie et de le mettre en oeuvre, a-t-il ajouté:

«Cela nous a amenés à prétendre que les masques pouvaient même être nuisibles.»

De nombreux experts scientifiques estimaient que l'on ne pouvait pas attendre de la population qu'elle utilise correctement les masques sanitaires, et que leur maniement incorrect pouvait être nuisible, poursuit le conseiller fédéral de 49 ans:

«Avec le recul, je dois dire que j'aurais dû me poser davantage de questions.»

Il rejette, cependant, l'affirmation soutenant que le port du masque a été déconseillé, car il y en avait trop peu de disponibles. «Si le gouvernement avait été convaincu à l'époque que les masques seraient utiles, on aurait simplement dû faire avec le matériel disponible».

Le socialiste fribourgeois salue, en revanche, les décisions prises dans le cadre de la vaccination. Les meilleurs vaccins contre le Covid-19 sont utilisés en Suisse, relève-t-il. Seuls des vaccins à ARN messager sont administrés, ajoute-t-il, soulignant que très peu de pays sont en mesure de le faire d'ici à l'été.

Berset a également remarqué que la crise a renforcé l'esprit d'équipe au sein du Conseil fédéral. La situation a, cependant, parfois été «physiquement très brutale» pour tous les ministres. Après le choc initial, le socialiste était «vraiment épuisé» entre la fin du mois d'avril et la mi-mai 2020. Mais, heureusement, dit-il, malgré la forte pression, il a toujours été capable de bien dormir. (ats)

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
Qui sont ces drôles de mannequins enveloppés dans du ruban d'avertissement? C'est une partie de l'installation d'art «It is like it is» («C'est comme ça») de l'artiste allemand Dennis Josef Meseg.
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un puissant élu UDC se bat avec la police du Parlement
Le conseiller national UDC Thomas Aeschi, chef de groupe aux Chambres, en est venu aux mains avec la sécurité du Parlement, mercredi matin à Berne. «C'est un scandale absolu», tonne son collègue valaisan Michael Graber.

C'est une scène très inhabituelle et particulièrement frappante qui a eu lieu au beau milieu du hall du Palais fédéral, mercredi matin: Thomas Aeschi, conseiller national UDC et chef du groupe aux Chambres, en est venu aux mains avec la sécurité.

L’article