assez ensoleillé
DE | FR
Suisse
Economie

La voiture n'a jamais été aussi peu vendue en Suisse

Une simple voiture, non merci!

La pandémie de coronavirus a fortement touché le marché automobile suisse en 2020.
Image: Pexels
En 24 ans, la Suisse n'a jamais vu aussi peu de véhicules à moteur mis en circulation. Sommes-nous tous fauchés ou est-ce la pandémie qui nous a rendus écolos? Pas vraiment, nous préférons les moteurs verts et les mobilhomes.
16.02.2021, 10:1618.02.2021, 10:23
Plus de «Suisse»

La pandémie est en train de chambouler le marché automobile suisse. Les ventes de voitures chutent depuis plusieurs années mais, en janvier, seuls 20 555 véhicules à moteur ont été mis en circulation. Il s'agit d'une première: ce seuil n'a jamais été aussi bas depuis 24 ans.

Si les chiffres démontrent une chute constante des ventes, deux profiles de consommateurs apparaissent.

Premièrement, un acheteur de voiture de tourisme sur trois choisit un véhicule muni de technologies vertes. Les catégories hybrides, rechargeables et électriques dépassent ainsi les 5000 nouvelles mises en circulation pour ce début d'année 2021. Deuxièmement, la vente de mobilhomes connaît une augmentation de 26% de plus qu'en janvier 2020. Autrement dit, les Suisses achètent volontiers un mobilhome et évitent de se procurer n'importe quelle voiture.
(sda/ats/jap)

Quel sera votre prochain achat roulant?
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selecta va mal et son patron agace tout le monde
L'entreprise suisse de distributeurs de snacks se cherche un acheteur. Le directeur général du groupe, Christian Schmitz, n'a pas l'air d'être rongé par l'incertitude: il se réjouit publiquement de sa collection de miles XL chez Swiss.

Selecta a traversé bon nombre de turbulences. Notamment en accumulant les dettes, si bien que la structure du groupe s'est vue menacée. Lorsqu'en 2015, la société américaine de private equity KKR a repris Selecta, il était clair qu'un jour ou l'autre, des coupes sévères allaient suivre.

L’article