DE | FR

Zelensky accuse une société suisse de financer la machine de guerre russe

Les entreprises occidentales qui continuent d'opérer en Russie sont de plus en plus sous pression. Un média ukrainien reproche à Nestlé de financer l'équivalent de 500 chars par an, grâce aux impôts payés à la Russie. Le géant de l'agroalimentaire ne veut rien changer pour l'instant.
19.03.2022, 08:1319.03.2022, 12:51
Stefan Ehrbar / ch media
Le président ukrainien critique Nestlé pour ses activités en Russie.
Le président ukrainien critique Nestlé pour ses activités en Russie.bild: screenshot twitter

Volodymyr Zelensky n'a aucune tolérance pour les entreprises occidentales qui opèrent en Russie. «Chacun doit décider de quel côté il se trouve», a-t-il déclaré, cette semaine, dans un message vidéo. «Cela vaut également pour les entreprises» a ajouté le président ukrainien.

«De grandes sociétés continuent de financer la machine de guerre russe alors qu'elles auraient dû se retirer de Russie depuis longtemps». Leurs noms sont connus de tous. «Ce n'est pas un secret: Nestlé, Mondelez et d'autres grandes entreprises alimentaires», énumère Zelensky.

Alors que d'autres entreprises occidentales quittent presque quotidiennement la Russie, comme le géant allemand du bricolage Obi par exemple. Nestlé n'y songe pas encore.

Le géant suisse de l'alimentation emploie plus de 7000 personnes en Russie. Nestlé a certes annoncé, la semaine dernière, qu'elle ne ferait plus de publicité en Russie, qu'elle suspendrait ses investissements, qu'elle n'exporterait plus depuis la Russie et qu'elle n'importerait plus de produits dans le pays, à l'exception des produits alimentaires essentiels.

Une usine Nestlé dans la région russe de Kaluga.
Une usine Nestlé dans la région russe de Kaluga.bild: nestlé

Nestlé a-t-elle «du sang sur les mains»?

L'effet de ces mesures est, toutefois, modeste, car 90% des produits vendus en Russie sont fabriqués localement et les matières premières sont en grande partie achetées sur place. Les produits Nestlé fabriqués en Russie ne comprennent pas seulement des aliments de base ou des aliments pour bébés, mais aussi des confiseries, des produits chocolatés, comme Kitkat, ou des glaces. Avec une activité quasiment normale en Russie, Nestlé fait de plus en plus figure d'exception.

Une usine Nestlé à Perm.
Une usine Nestlé à Perm.image: Nestlé

Le célèbre journal ukrainien Ekonomichna Pravda accuse, désormais, Nestlé d'avoir «du sang sur les mains», car selon ce média, les entreprises qui continuent à travailler en Russie y assurent des recettes fiscales. «Vous devez comprendre que Vladimir Poutine utilise cet argent pour acheter des grenades afin de tuer nos enfants», a déclaré Oleksij Danilov, secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainienne.

Le journal Ekonomichna Pravda a aussi publié des données sur la charge fiscale des entreprises occidentales en Russie en se basant sur les rapports des grands groupes.

Une illustration graphique de du journal «Epravda»
Une illustration graphique de du journal «Epravda»image: epravda.com.ua

Dans ces rapports, accessibles au public, on apprend que Nestlé a versé en 2021 des impôts d'un montant de 502 millions de dollars US à l'Etat russe (l'équivalent de 472 millions de francs).

Selon le journal ukrainien, avec un tel montant, la Russie pourrait s'acheter plus de 500 chars. Seules quelques entreprises occidentales fourniraient encore plus de recettes fiscales, en particulier les géants du tabac Philip Morris (4,8 milliards de dollars amércains) et Japan Tobacco (3,6 milliards de dollars). Les groupes alimentaires Pepsico (810 millions de dollars) et Mars (445 millions de dollars) ont également généré des recettes fiscales notables.

Selon Ekonomichna Pravda, les recettes fiscales générées par les grandes entreprises étrangères, s'élèveraient à près de 20 milliards de dollars par an pour la Russie. Sachant que la Russie consacre 15% de son budget pour l'armée, le journal ukrainien affirme sans détours:

«Les entreprises qui sont encore en Russie aujourd'hui financent l'armée et le bombardement des villes ukrainiennes»

Nestlé: «ces chiffres sont totalement exagérés»

Seul bémol concernant les chiffres annoncés par le journal ukrainien, il n'est pas possible de les vérifier. Selon Christophe Berger, porte-parole de Nestlé: «Ces chiffres sont totalement exagérés». Officiellement, Nestlé aurait payé 2,2 milliards de francs d'impôts dans le monde en 2021, la plupart en Suisse et aux Etats-Unis, la Russie ne faisant pas partie des plus gros bénéficiaires. Le groupe ne communique, toutefois, pas le montant des impôts versés à la Russie.

Mark Schneider, président de Nestlé
Mark Schneider, président de Nestléimage: keystone

De toute façon, quel que soit le montant des recettes fiscales, les critiques à l'encontre de Nestlé en Russie demeurent. Et ces critiques viennent également de Suisse. L'Ukrainian-Swiss Business Association, la branche genevoise de la Société ukrainienne et l'association d'entraide «Association Deti» ont demandé, en début de semaine, à la direction de Nestlé, dans une lettre ouverte, de mettre fin à ses activités en Russie. Leur argument: la Russie est responsable de la destruction, de la mort de milliers de personnes et de catastrophes humanitaires.

Kitkat et la guerre

Pour «l'Association Deti» il ne fait aucun doute que «ces mesures en demi-teinte ne sont pas suffisantes». Nestlé vendant ses produits dans 186 pays, l'Association Deti exige qu'elle retire la Russie de sa liste.

Aujourd'hui Nestlé ne semble pas à l'écoute de ces revendications. «Les mesures concernant la Russie ont déjà été prises», se contente de répondre le porte-parole Christoph Meier. Vente de Kitkat et guerre font encore bon ménage pour le groupe alimentaire.

Pionniers du vol en Suisse

1 / 6
Pionniers du vol en Suisse
source: musée national suisse
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ces fois où Vladimir Poutine s'est pris des vents

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Genève: les deux garçons disparus ont été retrouvés
La police cantonale genevoise avait lancé un appel à témoins suite à la disparition, ce mardi, de deux enfants de 7 et 8 ans. Ils ont été retrouvés sains et saufs.

Les deux jeunes garçons disparus ce mardi à Genève ont été retrouvés sains et saufs par la police. Les forces de l'ordre avaient lancé un appel à témoins dans la soirée.

L’article