DE | FR
Les Bains de Saillon ont annonc

Saillon n'est pas près de rouvrir.
Image: sda

Les Bains de Saillon vont virer 120 personnes au moins

Un incendie avait endommagé l'établissement en décembre dernier. Aujourd'hui, la durée des réparations a été jugée plus importante que prévu, raison invoquée pour le licenciement.



A la suite de l'incendie qui avait endommagé les Bains de Saillon en décembre 2020, la direction du groupe a annoncé, jeudi, le licenciement de 120 à 140 collaborateurs sur les 171 que compte la société. Unia s'insurge contre une mesure «peu compréhensible».

Le jour de Noël 2020, un feu se déclare dans un local technique du complexe des bains, en raison d'un court-circuit. Personne n'est blessé, mais les dégâts occasionnés se chiffrent en millions de francs et le centre doit fermer ses portes pour panser ses plaies. Quatre mois plus tard, la réouverture n'est toujours pas à l'ordre du jour.

Les «travaux à réaliser sont beaucoup plus importants que prévu», explique à Keystone-ATS le directeur général des Bains de Saillon, Dan Meylan:

«On pensait qu'on en aurait pour six à huit mois, raison pour laquelle le personnel a été gardé. Mais, finalement, il en faudra 18 et notre assurance perte d'exploitation nous demande de restreindre encore les dommages. Cela passe, malheureusement, par des licenciements»

Les syndicats critiquent la démarche

Dans la foulée de cette annonce, le syndicat Unia s'est offusqué de «ce licenciement collectif massif», soulignant que:

«L’entreprise bénéficie d’aides étatiques substantielles à travers le chômage technique.»

«Notre personnel bénéficie des RHT pour le Covid et non pour l’incendie. Si, comme on s’y attend, les restaurants peuvent rouvrir le 1er juin, alors il n'y aurait plus de raison que le personnel de restauration bénéficie de la RHT», justifie Dan Meylan.

Les collaborateurs qui ont contacté Unia sont «bouleversés», indique à Keystone-ATS Francine Zufferey, en charge du tertiaire au sein de Unia Valais:

«Notre objectif maintenant c'est de les accompagner au mieux durant la procédure de consultation de licenciement collectif. De faire au mieux pour en atténuer les effets et voir si on ne peut pas encore sauver quelques postes, qui s'inquiètent de l'avenir de ce secteur déjà très sinistré.»

«Nous allons tout faire pour garder les postes liés à l'hôtellerie, puisque notre hôtel, côté ouest, va rouvrir, tout comme le café Le Farinet, si le Covid le permet», relève Dan Meylan. Mais le directeur général ne s'attend toutefois pas à des taux d'occupation «extraordinaires», vu que les bains sont fermés.

Espoir de réengager

Dan Meylan espère, toutefois, que «dès que le complexe se préparera à rouvrir», il pourra retrouver les collaborateurs qu'il a dû licencier. «Certains travaillent pour le centre depuis des années et la réussite des Bains de Saillon, c'est surtout la leur.»

Après l'incendie et l'important dégagement de fumée, toute la galerie technique doit être refaite, tant en termes de filtration que de ventilation. Les installations doivent par ailleurs être reconstruites aux dernières normes, ce qui implique de nouvelles autorisations. «Tout ça pèse sur le calendrier», note Dan Meylan. Les bains devraient rouvrir leurs portes en décembre 2022. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A l'Uni de Genève, les hommes exclus d'une assemblée féministe

Ce mercredi 26 mai, une assemblée féministe «en mixité choisie» se tiendra à l'Université de Genève, à l'initiative de l'association faîtière des étudiants et étudiantes du lieu. Son but: préparer la grève des femmes du 14 juin. Sa particularité: les hommes en seront exclus. D'accord ou pas?

«Mon fils m’a dit: "Tu vois, maman, même chez nous, c’est devenu comme ça"». En première année d’économie et management à l’Université de Genève, le fils de Martina Chyba, la journaliste de la RTS bien connue des Romands, jointe par watson, ne pourra pas assister, ce mercredi, 26 mai, à la réunion préparatoire à la Grève des femmes du 14 juin. Qu’est-ce qui l’en empêche? Son sexe, ou plutôt son genre. «Homme cis-genre», dans le jargon néo-féministe. Autrement …

Lire l’article
Link zum Artikel