DE | FR

Les jours du bancomat sont (presque) comptés en Suisse

Au début des années 2000, le bancomat était encore très populaire.
Au début des années 2000, le bancomat était encore très populaire.Image: KEYSTONE
Les automates à billets ne sont plus rentables. Comme les gens paient de moins en moins en cash, les coûts de maintenance explosent. Ce changement de mœurs va bientôt avoir des conséquences bien visibles.
10.06.2021, 14:3514.06.2021, 18:19

Mauvaise nouvelle pour les nostalgiques du cash. Dans les prochains cinq à sept ans, il faut s'attendre à la disparition de près de la moitié des bancomats du pays. C'est ce qu'estime SIX, l'opérateur de l’infrastructure du marché financier helvétique, cité dans 24 heures.

Ils passeraient ainsi d’environ 7000 actuellement à quelque 4200, voire 3500.

Le premier bancomat de Suisse, en 1967.
Le premier bancomat de Suisse, en 1967.

La raison? Les coûts très élevés de ce type d'infrastructures, qui comprennent l’acquisition et la maintenance des bancomats, les transports de fonds, ainsi que les dispositifs de sécurité électronique et physique.

La pandémie n'explique pas tout

A cela s'ajoute le fait que les gens utilisent de moins en moins l'argent liquide pour payer. La pandémie a accéléré cette tendance, dans la mesure où les autorités sanitaires ont conseillé et conseillent toujours de privilégier le paiement par carte.

Pourtant, cette évolution des habitudes précède amplement le début de la crise. SIX l'observe depuis 2015, explique 24 heures. UBS a par exemple fait état d’une baisse de 30% des retraits en liquide à ses automates, entre 2013 et 2018. (asi)

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Le montant investi par les banques suisses dans le charbon donne le tournis

Link zum Artikel

Amazon double ses profits à 14 milliards de dollars (merci le Covid)

Link zum Artikel

Fraude fiscale: nouvelle galère en vue pour Donald Trump

Link zum Artikel

Bientôt 2 francs le litre d'essence en Suisse? Etat des lieux en 4 points

Link zum Artikel

Année calamiteuse: Credit Suisse perd 1,6 milliard de francs en 2021

Link zum Artikel

Le nombre d'utilisateurs de Facebook baisse pour la première fois

Link zum Artikel

La crise ukrainienne représente une menace pour la croissance mondiale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Intimidation LGBT à l'Uni de Genève: «Nous ne nous autocensurerons pas»
L'organisatrice de la conférence interrompue mardi livre son témoignage à watson. Nous avons aussi recueilli le point de vue de la coordinatrice du groupe LGBTIQ+ du Parti socialiste genevois.

Mardi soir, il n’y a pas que les fiches du conférencier Eric Marty qui ont été déchirées par des activistes LGBTIQ+. «Les miennes aussi», raconte l’organisatrice de la conférence, Nathalie Piégay, directrice du Département de français moderne de l’Université de Genève, où les faits se sont produits. Eric Marty, professeur à l’Université de Paris, invité à présenter son livre «Le sexe des modernes» (éditions Le Seuil), n’avait pas prononcé trois mots lorsqu’une «trentaine d’activistes masqués», rapporte Nathalie Piégay, ont fait irruption dans la salle Ferdinand-de-Saussure, située dans le bâtiment d’Uni Bastions.

L’article