DE | FR
Bild

Les plus pauvres de Suisse ont peur pour leur avenir

Un sondage de Comparis explique qu'un tiers des habitants craint pour son avenir économique. Pourtant, la situation financière de la population semble s'être détendue.



Un an après la fin du premier confinement, un tiers de la population dit avoir des craintes liées au coronavirus, soit 9%, de plus qu'en mai 2020. Ce constat intervient alors que la situation financière de la population s'est détendue, indique un sondage Comparis réalisé en avril.

Malgré les mesures de soutien de la Confédération et la vaccination, la crise pèse toujours sur le moral et la peur de perdre son emploi reste forte, a commenté, lundi, Michael Kuhn, expert chez Comparis.

A propos de ce sondage

Le sondage a eu lieu en avril. 1031 personnes issues de toutes les régions de Suisse ont été interrogées.

L'inquiétude est particulièrement forte chez les Romands et les personnes à faibles revenus:

Alors que l'inquiétude grandit, la situation semble, pourtant, se détendre sur le plan financier:

Qu'est-ce qui se cache derrière ces chiffres?

La perspective d'un nouveau poste mieux payé, une augmentation de salaire ou encore la perception d'une prime figurent parmi les raisons avancées par les sondés déclarant avoir une meilleure situation financière.

Ceux qui signalent une dégradation de leur situation mentionnent eux une réduction des heures de travail ou la perte de leur emploi. (ats)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

"On n'a pas choisi de ne pas travailler"

Plus d'articles sur la santé mentale

Anxieux, le retour de la vie sociale vous inquiète? Les conseils d'une psy

Link zum Artikel

Cette vidéo sur la dépression nous a fait du bien et vous en fera aussi

Link zum Artikel

Comment le sport maintient notre cerveau en bonne santé

Link zum Artikel

L'impact mental du confinement sur les jeunes mesuré en 4 points

Link zum Artikel

Interview

«Sans nouveau variant, on peut espérer du mieux entre l'été et l'hiver 2021»

Que faut-il penser des récentes annonces de réouverture alors que les chiffres du Covid-19 indiquent une situation plus qu'incertaine? Marcel Salathé, l'épidémiologiste qui a claqué la porte de la Task force en février, nous aide à comprendre.

Déchiffrer la drôle de situation que vit la Suisse depuis ce mercredi n'est pas une mince affaire. Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), quatre critères sur cinq ne sont pas remplis pour une réouverture mais le Conseil fédéral a quand même décidé de lâcher du lest. Rappelons qu'il a lui-même fixé ces indicateurs afin de rendre les différentes mesures prises dans la lutte contre la pandémie plus efficaces.

Ancien membre de la fask force scientifique Covid-19 (il a claqué la porte en …

Lire l’article
Link zum Artikel