DE | FR

Abus sexuels: l'Eglise catholique suisse ouvre ses archives secrètes

Des historiens auront un accès privilégié aux archives. Leur but? Analyser les actes des ordres religieux et des employés de l'Eglise en Suisse depuis le milieu du 20ᵉ siècle.
04.04.2022, 13:4304.04.2022, 17:16

L'Eglise catholique suisse se dote d'un projet pilote pour affronter un chapitre sombre: à sa demande, une équipe de chercheurs va entamer une enquête scientifique sur les abus sexuels. Les archives secrètes épiscopales seront ainsi ouvertes dans les prochains mois.

Mgr. Joseph Maria Bonnemain, évêque de Coire et responsable à la Conférence des évêques suisses (CES) de la thématique «Abus sexuels dans le contexte ecclésial» a déclaré, lundi, à Lausanne:

«Dévoiler les crimes du passé, ce n'est que justice: le traitement de ce vécu est avant tout un juste dû aux personnes concernées»
Mgr. Joseph Maria Bonnemain, évêque de Coire.
Mgr. Joseph Maria Bonnemain, évêque de Coire.Image: sda

C'est la première fois que les trois institutions les plus importantes de l'Eglise catholique romaine de Suisse – la CES, la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) et la Conférence des unions des ordres religieux et autres communautés de vie consacrée (Kovos) – s'expriment à l'unisson sur les cas d'abus. Elles reconnaissent que «de nombreux actes ont été dissimulés et les victimes ignorées».

Qui est responsable du projet?

Les trois Conférences se disent convaincues de la nécessité d'une enquête scientifique indépendante sur leur passé. Elles ont donc confié à deux professeures du Département d'histoire de l'Université de Zurich (UZH), Monika Dommann et Marietta Meier, le soin de mener à bien un projet pilote. Durant une année, l'équipe de recherche de six personnes devra:

«Evaluer les conditions générales d'une étude historique des abus sexuels dans le contexte ecclésial depuis le milieu du 20e siècle et fournir ainsi des bases pour d'autres projets de recherche»

Les deux chercheuses auront un accès libre aux dossiers conservés dans les archives secrètes des diocèses. Afin de garantir l'indépendance de ce travail, les organisations mandantes se sont engagées par contrat à n'exercer aucune influence sur son contenu ou sa méthode, soulignent la CES, la RKZ et la Kovos.

Un comité scientifique indépendant de six personnes, nommé par la Société suisse d'histoire (SSH), conseillera et soutiendra l'équipe de recherche de l'Université de Zurich. Ce comité consultatif est présidé par Sandro Guzzi-Heeb, privat-docent à l'Université de Lausanne (Unil).

Quand est-ce que l'enquête commencera?

Les travaux débuteront le 1er mai prochain et les résultats seront publiés à l'automne 2023. Que vise le projet pilote? Selon ses instigateurs:

«Poser les jalons qui permettront d'entreprendre des recherches sur l'histoire de la violence sexuelle exercée par des membres du clergé catholique, des ordres religieux et des employés de l'Eglise en Suisse depuis le milieu du 20ᵉ siècle»

«L'accent sera mis sur les structures qui ont permis les abus sexuels sur des enfants et des adultes et qui ont rendu difficiles leur détection et leur sanction. Ce travail concerne toutes les régions linguistiques», précisent encore les trois Conférences. (jah/ats)

Dans l'actu: alors que les Chinois sont confinés, des chiens robots patrouillent dans les rues

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, un officiel russe tance Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article