Suisse
eglise

Abus sexuel: fin des impôts ecclésiastiques pour les évêques

Abus sexuels: certains évêques pourraient être privés d'indemnités

ARCHIV --- ZUM RUECKTRITT VON BISCHOF VALERIO LAZZERI, DEM BISCHOF VON LUGANO, STELLEN WIR IHNEN ALS RUECKBLICK FOLGENDES BILDMATERIAL ZUR VERFUEGUNG --- Bischof Valerio Lazzeri feiert die Pfingstmess ...
Un boycott de cet impôt pourrait engendrer un manque à gagner de 3,8 millions de francs aux évêques.Keystone
L'heure est aux prises de position et aux propositions sur la manière de faire évoluer un système qui rend possible les abus sexuels au sein de l'Eglise catholique romande.
18.09.2023, 05:1119.09.2023, 10:34
Plus de «Suisse»

L'arrêt d'impôt ecclésiastique pour les évêques récalcitrants, telle est l'idée de la présidente de la Conférence centrale de l'Eglise catholique suisse (RKZ):

«Je n'exclus pas qu'à l'avenir, nous refusions de verser de l'argent aux évêques»
Renata Asal-Steger

Si les dix cantons - parmi lesquels le Jura - qui versent au diocèse de Bâle une partie des recettes de l'impôt ecclésiastique participaient à ce boycott, il manquerait 3,8 millions de francs à l'évêque, ajoute Renata Asal-Steger.

«Il ne pourrait ainsi plus assumer ses tâches», ajoute la présidente de l'organisation faîtière des Eglises cantonales, qui gère les impôts ecclésiastiques. Elle est aussi la co-mandante de l'étude de l'Université de Zurich publiée mardi.

Il faut changer les structures fondamentales qui rendent possibles les abus, indique également celle qui est membre de l'organe de la RKZ qui indemnise les victimes d'abus au sein de l'Eglise. Le montant maximal de cette indemnisation s'élève à 20 000 francs. Une somme qu'elle estime «pas particulièrement généreuse» en comparaison avec les pays de l'UE.

La Conférence centrale porte également une part de responsabilité dans les cas d'abus mis au jour, poursuit sa présidente. La gestion du personnel devrait être professionnalisée, l'échange d'informations clarifié et la destruction de dossiers empêchée, ajoute-t-elle encore, dans les colonnes de la SonntagsZeitung.

«Très discutable»

La Lucernoise juge problématique que l'évêque de Coire Joseph Bonnemain soit en charge de l'enquête ordonnée par la Conférence des évêques suisses sur la dissimulation de cas d'abus:

«C'est très discutable et cela montre que la question du pouvoir doit être clarifiée»

Elle rejoint ainsi la position de la présidente de la Commission écoute, conciliation, arbitrage, réparation (CECAR) Sylvie Perrinjaquet et de la théologienne et journaliste catholique germano-suisse Jacqueline Straub qui se sont exprimées dans la presse samedi.

De son côté, le secrétaire général de la RKZ Urs Brosi a déclaré dimanche au 19:30 de la RTS que l'organisation n'était plus en état de pouvoir faire confiance aux évêques pour qu'ils soient «prêts à changer suffisamment les structures et la situation en vue de diminuer les abus sexuels». (ats/jch)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les CFF ont perdu des touristes à cause d'un bus «supersonique»
Une erreur de données dans l'application des CFF a provoqué des remous ce week-end, à Zurich. Des voyageurs inattentifs et plusieurs touristes ont été envoyés dans la mauvaise direction. Ils auraient dû prendre un bus roulant – en théorie – à 1600 km/h vers Berne. Mais que s'est-il passé?

L'application CFF est l'une des plus téléchargées de Suisse. Elle permet aux voyageurs suisses, mais aussi aux touristes, de consulter l'horaire ou d'acheter des billets. Parmi d'autres choses.

L’article