ciel couvert
DE | FR
Suisse
Emploi

En Suisse, les sanctions contre les chômeurs ont des effets pervers

chômage Suisse baisse mai 2021 file d'attente
Pénaliser pour mieux réinsérer? C'est l'idée du Seco pour booster les demandeurs d'emploi. Image: Shutterstock

En Suisse, les sanctions contre les chômeurs ont des effets pervers

L'émission Temps Présent de la RTS a révélé que des sanctions sont imposées aux demandeurs d'emploi négligents ou distraits. Des pénalités qui s'élèvent à près de 240 millions par an et qui poussent certains à vivre en dessous du minimum vital.
28.04.2022, 12:3328.04.2022, 17:11
Plus de «Suisse»

L'émission de la RTS, Temps Présent, annonce que 90 000 demandeurs d'emploi sont sanctionnés chaque année par l'assurance-chômage pour des manquements, réels ou supposés, à leurs devoirs. Des oublis, retards dans les recherches d'emploi ou nombre de recherches insuffisant qui peuvent coûter cher et entraîner des suppressions d'indemnités journalières.

Pour des manquements plus graves, les pénalités peuvent s'élever à trois mois sans revenu, selon le reportage de la RTS. Par exemple, le refus d'un emploi admissible, même si le lieu de travail est à deux heures du domicile, est considéré comme une faute grave, et donc sanctionné.

«L'assurance-chômage ne tient pas compte du minimum vital au moment de sanctionner»
Doris Gorgé, fondatrice de l'association genevoise Le Trialogue

Cette mise sous pression s'explique, pour Boris Zürcher, chef de la section travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), par un désir de «prise au sérieux des devoirs de chacun des chômeurs».

Selon lui, toujours sur la RTS, «les pénalités ciblées permettent un retour rapide et durable sur le marché de l'emploi.»

Des effets positifs sur la réinsertion, mais trompeurs

Toujours d'après Temps Présent, un rapport de 2007 du Seco arrivait à la conclusion que «d'une manière géné­rale, tant la fréquence que l'ampleur des sanc­tions ont eu des effets nettement positifs».

Mais une réalité tout autre se niche derrière cette course à la réinsertion par la punition. Le demandeur étant pressé par le temps, il n'hésite pas à accepter la première proposition qui lui arrive sur le bureau. Comme le relève Rafael Lalive, professeur d'économie à l'Université de Lausanne, dans un rapport publié en 2012 et repéré par l'émission:

«Ces personnes restent durablement dans des emplois moins bien payés, leur parcours de vie s'en trouve durablement endommagé.»

Autre enjeu relevé par Temps Présent, le classement des Offices cantonaux de l'emploi publié chaque année par le Seco. Des résultats qui mettent en valeur les offices cantonaux qui ont réussi à réinsérer le plus rapidement des chômeurs dans la vie active.

«Le Seco a mis en place un certain nombre d'indicateurs qui nous comparent et donc ça crée une "saine compétition"»
Valérie Gianoli, cheffe du Service de l'emploi du canton de Neuchâtel

(svp)

Les abris antiato­miques – un phénomène suisse
1 / 8
Les abris antiato­miques – un phénomène suisse
Aperçu de l’une des plus grosses installations de protection civile à Berneck: dortoir. (image: wikimedia/kecko)
source: wikimedia/kecko
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Swiss n'a plus de patron: des Allemands pourraient prendre le pouvoir
Trois ans seulement après avoir pris la tête de Swiss, son directeur Dieter Vranckx s'en va. La direction de la compagnie aérienne sera entièrement renouvelée, et il est possible que le nouveau CEO soit allemand.

Personne ne s'y attendait. Jeudi soir, Swiss a annoncé le départ de son chef, Dieter Vranckx, nommé «Chief Commercial Officer» au siège de la maison mère Lufthansa. Ce n'est pas tout. En début de semaine, la compagnie aérienne a annoncé le départ de son directeur financier, Markus Binkert, après 19 ans d'activité. Il ne reste donc actuellement plus que la directrice commerciale, Heike Birlenbach. Elle est arrivée en janvier.

L’article