Suisse
énergie

La batterie du futur viendra-t-elle de Suisse romande?

Cellules de batterie sur le banc d'essai: le CSEM planche sur la batterie du futur.
Cellules de batterie sur le banc d'essai: le CSEM planche sur la batterie du futur.csem.

La batterie du futur viendra-t-elle de Suisse romande? Eux y croient

90% de toutes les batteries proviennent aujourd'hui d'Asie – l'Europe et la Suisse ont perdu le fil. Il y a certes de bonnes idées, mais rares sont celles qui parviennent à se faire une place sur le marché. Pourtant, à Neuchâtel, on devrait y parvenir.
18.02.2023, 16:2918.02.2023, 17:17
Stephanie Schnydrig / ch media
Plus de «Suisse»

Voitures électriques, accumulateurs d'énergie, smartphones et ordinateurs portables: tous contiennent des batteries et le monde en demande toujours plus. La demande croissante est surtout alimentée par les véhicules électriques. En 2021, les ventes de voitures neuves ont doublé par rapport à 2020 pour atteindre 6,6 millions. Et ce chiffre va se multiplier, notamment parce que la Commission européenne vient de sceller la fin du moteur à combustion d'ici 2035.

Si rien ne change, c'est surtout la Chine qui profitera de cette évolution. Elle produit 75% de toutes les batteries lithium-ion, le leader incontesté du marché des types de batteries. La Corée et le Japon détiennent également une part importante de la chaîne d'approvisionnement.

L'Europe veut se libérer de cette dépendance et s'est déjà lancée dans la course à la batterie de demain. C'est désormais aussi le cas de la Suisse: mercredi, le Battery Innovation Hub a été officiellement inauguré au Centre Suisse d'Électronique et de Microtechnique (CSEM) de Neuchâtel.

«Nous réunissons les esprits les plus innovants avec des partenaires industriels pour amener les meilleures idées au stade de la production»
Andreas Hutter, responsable du groupe de recherche Systèmes énergétiques au CSEM.

La vision: des batteries plus performantes et plus durables, plus sûres et moins chères que les batteries actuelles.

Des idées dans un tiroir

Ce n'est pas que les bonnes idées pour de meilleures batteries manquent en Suisse. Les deux écoles polytechniques fédérales de Zurich et de Lausanne ainsi que le laboratoire d'essai des matériaux Empa à Dübendorf produisent des publications, des travaux de master et de doctorat à foison, ainsi que des prototypes et des brevets. Mais il y a un grand fossé entre la recherche académique et son transfert dans la chaîne de valeur.

Car il s'agit là d'un processus de longue haleine, qui demande du temps et de la continuité, explique Hutter. Des choses qui font défaut dans la recherche, car les projets ne sont souvent prévus que pour trois ou quatre ans. «Si aucun partenaire industriel ne saute alors le pas, l'idée finit rangée dans un tiroir». En tant que lien entre la recherche et l'industrie, le Hub veut contrecarrer cette tendance.

Les leçons de l'échec des montres à quartz

En effet, le rôle de constructeur de ponts est dans l'ADN du CSEM. Son prédécesseur, le Centre Électronique Horloger (CEH) de Neuchâtel, a développé la première montre à quartz au monde en 1967. Seulement voilà: l'industrie horlogère suisse n'a pas su reconnaître la valeur de ces montres alimentées par des piles et a continué à miser sur le perfectionnement de la montre mécanique.

Cela s'est rapidement avéré être une erreur: Les Japonais ont saisi l'occasion et ont poussé la technologie des montres à quartz jusqu'à la maturité du marché. Ces montres peu chères ont inondé la planète, ce qui a entraîné la disparition de nombreuses manufactures horlogères suisses dans les années 70 et 80.

La Confédération s'est alarmée et a voulu éviter à tout prix qu'une telle situation se reproduise. C'est pourquoi le Centre Suisse d'Électronique et de Microtechnique, le CSEM, a été créé en 1984 avec pour mission de transférer des technologies vers l'économie.

Un exemple de collaboration réussie entre innovation et économie est le développement de films solaires ultralégers pour l'avion électrique suisse Solarstratos. Un autre est la fabrication d'un cadran pour les montres Tissot, qui transforme la lumière du soleil en énergie électrique.

Prochaine étape: une batterie à l'état solide

Et voilà donc que l'ère des batteries a commencé. «Dans le cas des batteries, le processus qui mène de l'idée à la production industrielle est particulièrement long», explique Hutter. Mais: «Les entreprises sont actuellement complètement absorbées par l'introduction sur le marché de la technologie actuelle des batteries». Il leur manque donc la capacité d'investir également dans des innovations.

Or il en faut. En effet, les batteries lithium-ion disponibles sur le marché ont pratiquement atteint leur limite physique et ont presque épuisé leur potentiel en termes de performance et de durée de vie. Des recherches sont donc menées dans le monde entier pour trouver de nouvelles technologies, par exemple en essayant de remplacer le lithium par des éléments comme le sodium, le magnésium ou l'aluminium.

«Ces batteries sont encore loin de pouvoir concurrencer sérieusement une batterie au lithium»
Andreas Hutter, du CSEM de Neuchâtel.

Ce qui est plus prometteur selon lui: l'évolution de la technologie lithium-ion vers une batterie à l'état solide, dans laquelle l'électrolyte, jusqu'ici liquide, serait remplacé par un solide. «C'est la technologie avec laquelle nous voulons entrer sur le marché», déclare Hutter. Il estime que cela devrait se produire d'ici cinq à dix ans environ.

Les batteries à l'état solide offrent une plus grande sécurité, car elles ne contiennent pas de liquide inflammable. Une densité de stockage plus élevée est obtenue en remplaçant le graphite de l'anode, le pôle négatif de la batterie, par des feuilles de lithium métalliques très fines.

Un point faible de cette technologie est actuellement la formation de «dendrites de lithium» sur l'anode. Il s'agit de petites structures en forme d'aiguilles qui s'étendent souvent jusqu'à détruire la batterie.

«Il existe de nombreuses idées pour empêcher la formation de dendrites», explique Andreas Hutter. On essaie par exemple d'installer un séparateur en céramique entre le pôle négatif et le pôle positif. Si les dendrites s'y heurtent, elles se cassent. Mais des tests doivent encore montrer si cela fonctionne et est réalisable.

Hutter parle d'une véritable ambiance de ruée vers l'or dans le développement des batteries. Swissmem, l'association suisse de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, le lui a confirmé lors d'un entretien.

«En Suisse, il existe de nombreuses entreprises spécialisées qui peuvent profiter énormément de ce tournant actuel si elles prennent le train en marche à temps»

Mais pour cela, il faut maintenant de gros investissements, des spécialistes bien formés et une promotion économique adéquate, afin de maintenir les entreprises innovantes en Suisse.

(aargauerzeitung.ch)

traduit de l'allemand par Anne Castella.

Les fromages suisses, la vie ❤️
1 / 10
Les fromages suisses, la vie ❤️
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De violents orages prévus dans les Grisons et au Tessin
De nombreuses précipitations sont prévues entre jeudi soir et dimanche dans ces deux régions. MétéoSuisse alerte également sur un risque de crue.

MétéoSuisse met en garde face à de nouveaux orages violents ces deux ou trois prochains jours, essentiellement au sud des Alpes et dans les Grisons. Un risque de crue limité subsiste pour de nombreux cours d'eau.

L’article