Suisse
Espace

SpaceHopper, le robot spatial suisse bondissant de l'EPFZ

Ce robot suisse pourrait conquérir les astéroïdes

Des chercheurs de l'EPFZ ont conçu un robot capable de se déplacer en effectuant des sauts. Le «SpaceHopper» devrait servir dans l'exploration spatiale.
11.04.2024, 15:28
Plus de «Suisse»

Des scientifiques de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ont développé un robot qui se déplace en sautant. Le «SpaceHopper» pourrait être utilisé lors de missions spatiales pour explorer des corps célestes de petite taille.

Grâce à ses mouvements de sautillement, le «SpaceHopper» peut se déplacer dans des endroits où la gravité est très faible, a indiqué jeudi l'EPFZ dans un communiqué. Il convient donc comme robot d'exploration pour les petits corps célestes, comme les astéroïdes.

Découvrez le robot sauteur

Vidéo: watson

Les chercheurs ont déjà testé le fonctionnement du «SpaceHopper» en apesanteur, lors d'un vol parabolique de l'Agence spatiale européenne (ESA). Lors de cette expérience, l'avion suit une trajectoire parabolique afin de créer des conditions de microgravité à bord. On crée artificiellement de l'apesanteur.

Les petits corps célestes tels que les astéroïdes ou les lunes pourraient contenir des ressources minérales précieuses que l'humanité pourrait exploiter dans le futur. De plus, l'exploration de ces corps célestes devrait permettre de mieux comprendre la formation de l'univers.

Le projet a démarré il y a deux ans et demi avec des étudiants de Bachelor. Il va maintenant être poursuivi par cinq étudiants en Master et un doctorant, précise encore l'EPFZ

Un vol parabolique 👇

(jah/ats)

Vous allez bientôt pouvoir aller dans l'espace sans fusée
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un prof romand fait du porno: pourquoi ses élèves sont «critiquables»
En diffusant des images pornographiques de leur professeur, des élèves d'un gymnase vaudois ont peut-être enfreint doublement la loi, sur un plan civil et pénal. Un avocat se penche sur le cas.

Est-on en tort lorsqu’on diffuse des contenus pornographiques d’une tierce personne? Viole-t-on son droit à l’image? Les élèves du gymnase Auguste-Picard qui ont partagé des captures d’écran impliquant un professeur de cet établissement vaudois auront peut-être à affronter ces questions. Selon 24 Heures qui a révélé l’affaire, il s’agit d’images prélevées sur un site pornographique faisant également office de réseau social. On y voit le professeur en train de se masturber. Ses agissements n’auraient rien d’illégal. Mais ils le compromettent moralement, au vu, surtout, de sa profession d'enseignant.

L’article