DE | FR

Votations, passeports: les Suisses veulent une cyberadministration efficace

Les Suisses souhaitent voter par voie électronique, selon un sondage représentatif du cabinet de conseil Deloitte. Mais ce n'est pas tout.
28.12.2021, 06:0028.12.2021, 11:08

Selon un sondage représentatif du cabinet de conseil Deloitte, les Suisses sont favorables à des changements drastiques. La Suisse doit développer une cyberadministration efficace et sécurisée, mais pas à n'importe quel prix: sous le contrôle de l'Etat.

Ce qu'il faut retenir de ce sondage

La grande majorité de la population en Suisse est favorable au vote électronique: 84% souhaitent voter de cette manière. Par ailleurs:

  • 38% des adultes interrogés ont développé une plus grande affinité envers les services administratifs en ligne.
  • 21% déclarent que leur confiance dans la cyberadministration a baissé pendant la pandémie, bien plus que dans l’enquête Deloitte de l’année dernière (7%). Un nombre croissant de personnes est préoccupé par les risques, en particulier la cybersécurité et la confidentialité.
  • Comme l'an passé, une nette majorité de 73% souhaite que les services des autorités soient uniformes dans toute la Suisse.
  • Seuls 8% ne voient aucune valeur ajoutée dans les services numériques des autorités.
A propos du sondage
Deloitte a réalisé en septembre 2021 cette enquête représentative auprès de 1000 personnes âgées de 18 à 81 ans, issues des zones urbaines et rurales de Suisse alémanique et de Suisse romande.

Qui doit contrôler la numérisation?

Une nette majorité des Suisses, selon le sondage, souhaite que ce soit les autorités, et non des entreprises privées qui offrent des services uniformes de cyberadministration dans toute la Suisse. En effet, 86% souhaitent que ces services numériques soient proposés par une agence gouvernementale et non par des sociétés privées.

Quels sont les arguments pour la numérisation?

La pandémie de coronavirus apparaît de plus en plus comme un catalyseur de la numérisation, écrit mardi Deloitte. Outre la hausse des achats en ligne et de l'e-banking, les Suisses utilisent également davantage les services numériques proposés par les autorités.

Parmi les avantages, les sondés citent surtout:

  • La simplicité (68%).
  • Le gain de temps (72%).
  • La flexibilité spatiale (72%).
  • La flexibilité temporelle (75%).

Une nette majorité des personnes interrogées souhaitent également de nouveaux services: 84% déclarent vouloir commander leur passeport ou carte d'identité de manière entièrement numérique, sans devoir se rendre au bureau des passeports. (jah/ats)

Parce que c'est encore un peu Noël...

Plis d'articles sur la Suisse

Pourquoi la Suisse a-t-elle les trains les plus lents d'Europe?

Link zum Artikel

«Vous vous sentez discriminés», l'enquête de trop à la SSR?

Link zum Artikel

Le piratage de Swissport est plus grave que prévu

Link zum Artikel

Les nouveaux avions F-35 américains de la Suisse pourraient être... italiens

Link zum Artikel

Tabac et internet: interdire la pub qu'aux jeunes, c'est possible?

Link zum Artikel

Berne se prépare contre d'éventuelles pénuries d'électricité

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse estime qu'elle a fait (presque) tout juste avec les réfugiés
L'accueil des réfugiés ukrainiens en Suisse, quoiqu'imparfait, a été efficace. C'est, en substance, ce qu'affirme le Département de justice et police (DFJP) dans un premier bilan de la gestion de cette crise historique.

La guerre en Ukraine a provoqué l'exil de plus de six millions de personnes. C'est le plus grand mouvement de fuite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, souligne vendredi le Département de justice et police (DFJP). De plus, il est extrêmement rapide. Près de 50 000 réfugiés sont arrivés en Suisse en moins de trois mois. C'est davantage que durant toute la crise du Kosovo en 1999.

L’article