ciel couvert
DE | FR
Suisse
Genève

Le Salon de l'automobile de Genève pourrait disparaître

Le Salon de l'auto de Genève pourrait ne pas revoir le jour

ARCHIVBILD ZUR MELDUNG, DASS DER GENFER AUTOSALON AUCH 2022 NICHT STATTFINDEN WIRD, AM DONNERSTAG, 7. OKTOBER 2021 - A long exposure image shows Visitors gathering at the Ferrari booth, during the las ...
Le Salon de l'automobile de Genève avait été reporté en 2020, 2021 et cette année.Image: sda
Reporté trois fois à cause du virus et du désistement de plusieurs exposants, le célèbre événement pourrait ne pas survivre s'il devait être encore annulé.
18.03.2022, 08:5918.03.2022, 11:20
Plus de «Suisse»

Les organisateurs du Salon international de l'automobile de Genève (Gims) se réunissent ce vendredi pour faire le point sur le salon, a indiqué son vice-président François Launaz, dans un entretien accordé à L'Agefi.

Le salon avait été reporté en 2020, 2021 et cette année. François Launaz, par ailleurs président de la faîtière Auto-Suisse, a affirmé:

«Si l'édition 2023 n'a pas lieu, je pense qu'on peut enterrer le Gims pour de bon»

Selon le responsable, «il faut être lucide, après quatre annulations d'affilée, le risque de fin est plus qu'important».

Le partenariat avec le Qatar pour un Gims à Doha n'est par contre pas en danger, car il s'agit de deux événements séparés, a-t-il ajouté. «Le Qatar Geneva International Motor Show est sur les rails, il aura lieu en novembre 2023, au même temps que le Grand Prix de Formule 1 à Doha». (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Etat du Valais respecte l'égalité salariale
L'Etat du Valais a une «pratique salariale équitable pour tout son personnel», estime une analyse externe. Le plus grand employeur du canton affiche une valeur inférieure au seuil de tolérance fixé par la loi fédérale.

L'égalité salariale peut être considérée comme respectée au sein de l'Etat du Valais, plus grand employeur du canton, affirme une analyse externe. S'il reste 2,1% de différence non expliquée entre les salaires des femmes et ceux des hommes, cet écart reste inférieur «au seuil de tolérance fixé à 5%» par la loi fédérale.

L’article