assez ensoleillé
DE | FR
Suisse
Genève

Piquée en soirée, une ado romande a dû suivre un traitement VIH

L'adolescente a été piquée à son insu pendant une soirée. Aucune trace de GHB n'a été détecté, mais, en proie au doute, elle a suivi un traitement préventif.
L'adolescente a été piquée à son insu pendant une soirée. Aucune trace de GHB n'a été détecté, mais, en proie au doute, elle a suivi un traitement préventif. Image-prétexte: Shutterstock

«Elle a vomi 4 jours»: Piquée en soirée, une ado romande sous traitement VIH

Une adolescente s'est fait piquer à son insu pendant une soirée estivale, dans le canton de Genève. Par mesure de sécurité, elle a suivi pendant un mois un traitement préventif anti-VIH, qu'elle a eu de la peine à supporter.
14.12.2022, 09:30
Plus de «Suisse»

Une adolescente de 17 ans a été victime d'une piqûre lors d'une soirée Vogue d’Athenaz en été. Conséquence: elle a choisi de suivre un traitement préventif anti-HIV, lequel a été lourd à supporter, apprend-on dans La Tribune de Genève cette semaine. Les faits se sont déroulés le 20 août, dans le cadre d'une soirée, à laquelle la jeune femme s'est rendue accompagnée d'amies.

Alors qu'elle se déplace dans la foule, «elle ressent une forte piqûre sur le côté de la main», explique le journal. Les jours qui suivent, en proie au doute, police et HUG sont contactés. Après analyse, aucune trace de GHB n'est retrouvée. Mais le médecin sur place recommande un traitement préventif anti-VIH.

Par mesure de sécurité, l'adolescente décide de suivre le traitement médicamenteux pendant un mois. Mais ce dernier est lourd à supporter pour elle, malgré les cachets contre la nausée.

«(...) on nous a dit que ce traitement (trithérapie) était agressif. ça a été vraiment pénible au début, car elle supportait très mal et a vomi pendant quatre jours.»
Les parents de l'adolescente s'expriment dans tdg

Seringues vides?

Interrogés par La Tribune de Genève, les HUG ont enregistré «une petite dizaine de signalements» l’été dernier, précisant qu'en dehors de la période des festivals, les suspicions de piqûre au GHB «sont extrêmement rares.»

Quant à la police genevoise, pour cette année, elle a relevé «une dizaine de cas de suspicion de GHB, principalement par voie orale», ainsi que trois cas d'injections. Cependant, sur la dizaine de cas, du GHB n'a été détecté qu'une seule fois.

Le phénomène des «piqûres sauvages» étant relativement récent, rares sont les conséquences pour les agresseurs, notamment en raison de signalements et d'examens médicaux effectués sur le tard.

La police de Genève estime, pour sa part, qu'il est plus probable de trouver du GHB dans son verre que dans une seringue:

«Au niveau médical, on sait que l’injection de GHB par seringue est difficilement réalisable et à la limite du farfelu. Pour cela, il faudrait vraiment que la seringue reste enfoncée un certain temps et que ce soit une injection intraveineuse.»
Le porte-parole de la police genevoise à La Tribune de Genève

(jod)

Droguée au GHB dans un club vaudois, elle témoigne.
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Février bat des records de chaleur et ça a des conséquences en Suisse
Jamais il n'a fait aussi chaud si tôt dans l'année. Des biologistes, des ornithologues et des arboriculteurs nous expliquent ce que la chaleur record de février fait à l'environnement.

Les papillons volent déjà avec entrain dans les jardins. En effet, nous nous dirigeons vers un record de chaleur en février:

L’article