DE | FR

Genève se questionne sur la place des LGBTIQ+ dans la rue

Bild

shutterstock

A Genève, une campagne veut dénoncer le fait que les personnes LGBTIQ+ ne peuvent pas toujours profiter sereinement des espaces communs. Intitulée «Ma vie, ma ville, mes couleurs», elle va durer jusqu'au 23 mai.



Cette année, la campagne de la Ville de Genève contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie interroge sur la place des personnes LGBTIQ+ dans l'espace public.

«Droit de se sentir en sécurité partout»

Intitulée «Ma vie, ma ville, mes couleurs», la campagne est visible dès lundi et jusqu'au 23 mai. Elle insiste sur le droit de chacun de se sentir libre et en sécurité partout et tout le temps.

D'ailleurs, en première suisse et mondiale, un nouveau drapeau plus inclusif et représentatif des communautés LGBTIQ+ viendra compléter le traditionnel pavoisement arc-en-ciel pour la Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Stratégies de dissimulation

La campagne entend dénoncer le fait qu'il est difficile pour la communauté LGBTIQ+ de profiter pleinement et sereinement des espaces communs. Ils restent nombreux à ne pas se sentir en sécurité dans la rue, les milieux festifs, le cadre professionnel ou encore sur les réseaux sociaux. Cela, à cause notamment:

Alfonso Gomez, en charge du Département des finances a relevé:

«Etre visible dans l’espace public implique de devoir faire face à des violences et à un sentiment d’insécurité pour les personnes concernées»

Résultat: des lieux sont évités, des stratégies de dissimulation sont mises en place, l’esprit est en perpétuelle alerte.

Pour changer de sujet, voici l'effet du changement climatique sur la planète

1 / 11
Découvrez l'effet du changement climatique sur la planète
source: google earth / google earth
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur la communauté LGBTQIA+

Une transgenre rejoint le gouvernement américain, une première

Link zum Artikel

Raiffeisen refuse un compte aux opposants au mariage pour tous

Link zum Artikel

En Floride, on veut légaliser les contrôles génitaux des écolières trans

Link zum Artikel

Brisé puis reconstruit, il raconte sa thérapie de conversion

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le peuple devra s'exprimer sur le «mariage pour tous»

Même si le parlement a dit «oui» au mariage homosexuel, sa concrétisation devra passer l’épreuve des urnes: le référendum lancé par les opposants a formellement abouti.

Les Suisses devront se prononcer sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. Les opposants au texte ont réuni 61 027 signatures valables, a indiqué mardi la Chancellerie fédérale.

Le Parlement a adopté en décembre dernier le projet de loi sur le «mariage pour tous». Le projet tire ses origines d'une initiative parlementaire des Vert'libéraux, déposée en 2013. Outre le mariage pour les couples de même sexe et l'accès au don de sperme pour les couples lesbiens, il prévoit la …

Lire l’article
Link zum Artikel