Suisse
Genève

A Genève, le crack prend d'assaut une école primaire

A Genève, le crack prend d'assaut une école primaire

Une école primaire du quartier des Pâquis (GE) se retrouve au cœur du trafic de drogue. Bien que ce ne soit pas un problème nouveau, tous s'accordent à dire qu'une solution doit être rapidement trouvée.
21.06.2022, 12:1024.06.2022, 08:14
Plus de «Suisse»
A Genève, le crack prend d'assaut une école primaire
Beaucoup d'habitants du quartier, excédés, estiment n'avoir eu aucun soutien de la part des pouvoirs publics.Image: edu.ge.ch

Une école primaire, située dans le quartier des Pâquis à Genève, est envahie par le deal et la consommation de crack. Selon la Tribune de Genève (TDG), qui a dévoilé cette information le 18 juin dernier, le deal s’est imposé aux alentours de l’école à la suite de l'installation de caméra de surveillance à l'ouest du quartier (place de Cornavin, les rues du Mont-Blanc, de Berne, Pellegrino-Rossi, De-Monthoux et de Fribourg).

Les dealers se sont donc délocalisés et stationnés aux alentours de cette école primaire, qui en subit les conséquences. Profs, élèves et riverains sont confrontés à des shoots, les jeux sont souillés et les enseignants sont obligés d’appeler la police régulièrement.

Qui est responsable?

Les coupables toutes trouvées seraient les caméras de vidéosurveillance. Ces dernières sont absentes du secteur en question, rendant le deal et la consommation plus facile. Une caméra a bien été installée, mais «elle a vite été vandalisée», raconte un riverain à la Tribune de Genève. Toutefois, ce n'est pas l'unique raison qui a permis une telle détérioration du quartier.

Selon Marc Baudat, président du syndicat des policiers UPCP, l'infrastructure même de la zone pose problème, notamment à cause de l'installation de potelets ou de la piétonnisation de plusieurs rues autour de l’école. «Avant, les patrouilles passaient toutes les heures, voire toutes les demi-heures», indique le syndicaliste. «En bloquant l’accès à ces rues, dont certaines finissent en cul-de-sac, il est devenu impossible pour les policiers d’appréhender les trafiquants, qui ont à disposition de multiples chemins de fuite», a-t-il déclaré au média romand.

Beaucoup d'habitants du quartier, excédés, estiment n'avoir eu aucun soutien de la part des pouvoirs publics. «Nous n’avons aucun soutien politique dans le quartier», explique l'un d'entre eux. «Les élus se reposent sur le fait que nos associations de quartier, souvent à gauche, ne sont pas en faveur de la répression des dealers. (...) C'est faux», continue-t-il. De plus, plusieurs pétitions ont été lancées par le passé et notamment par l’association Survap pour dénoncer l’agressivité des dealers. En vain.

Mouvement citoyens genevois (MCG), socialistes, et gauche se lancent la balle. Selon le MCG, «la gauche a failli à sa mission». Chez les socialistes, c'est la division qui règne, bien qu'ils estiment la fermeture du préau être une «bonne mesure». Quant à Ensemble à Gauche, la situation est décrite comme urgente et le parti «propose d’interdire aux dealers de se poster autour des écoles», comme il a notamment été fait pour le secteur de la Gare Cornavin. (sia)

La Suisse et le changement climatique
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Fuites au Conseil fédéral: de nouvelles plaintes pénales sont déposées
Des plans des conseillères fédérales Baume-Schneider et Keller-Sutter ont fuité prématurément dans les médias. Le ministère public de la Confédération enquête désormais sur une violation du secret de fonction. Le gouvernement réagit lui aussi, mais de manière plutôt timide.

Il y a neuf jours mercredi, la ministre des Finances Karin Keller-Sutter (PLR) s'est exprimée sur les propositions du Conseil fédéral en matière de régulation des banques d'importance systémique. Trois minutes avant le début de la conférence de presse, le Tages-Anzeiger publiait une enquête sur son site: le Secrétariat d'Etat à l'économie, l'Autorité de surveillance des marchés financiers et la Banque nationale auraient exigé des règles plus strictes que celles de Keller-Sutter pour les grandes banques. «Il y a une dispute», titrait l'article.

L’article