DE | FR
La directrice d'EMS-Chemie et fille de Christoph Blocher, Magdalena Martullo-Blocher, lors de la conférence de presse de bilan de février 2022
La directrice d'EMS-Chemie et fille de Christoph Blocher, Magdalena Martullo-Blocher, lors de la conférence de presse de bilan de février 2022Bild: keystone

L'UDC Martullo-Blocher interdit le mot «guerre» à ses employés

La directrice d'Ems-Chemie, la conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher, aurait ordonné à ses collaborateurs par e-mail de qualifier la guerre en Ukraine de «conflit ukrainien».
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
31.03.2022, 08:5731.03.2022, 12:44

La conseillère nationale UDC et patronne du groupe chimique Ems-Chemie Magdalena Martullo-Blocher aurait interdit à ses collaborateurs d'utiliser le mot «guerre» en rapport avec l'attaque russe contre l'Ukraine. C'est ce qu'écrit le Wochenzeitung (WOZ).

Le 14 mars, la fille de l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher se serait adressée, par e-mail, aux cadres supérieurs de son entreprise pour évoquer la situation en Ukraine. Dans ce courrier, la dirigeante informe qu'elle souhaite assurer «une communication adéquate» à ce propos.

«En Russie, l'utilisation du mot guerre dans le cadre du conflit entre l'Ukraine et la Russie est passible de prison»
Magdalena Martullo-Blocher dans son e-mail

Le WOZ, en citant l'e-mail de Martullo-Blocher, indique que la conseillère nationale insiste: «Au sein du groupe Ems-Chemie, en interne comme en externe, on parlera dès à présent et jusqu'à nouvel ordre de «conflit ukrainien». Le mot «guerre» ne doit pas être utilisé».

La conseillère nationale UDC justifie cette directive par la protection des collaborateurs et des affaires. Le groupe Ems est actif en Russie depuis plus de 20 ans. 67 collaborateurs sur un total de 2600 travaillent sur place.

L'année dernière, le groupe suisse a généré environ 22 millions de francs avec sa succursale à l'Est

Cela représente environ 1% du chiffre d'affaires total des 2,25 milliards de francs. «C'est donc ce résultat que Martullo-Blocher tente de protéger par des interventions de police linguistique», explique le journal alémanique.

Martullo-Blocher n'a pas voulu s'exprimer concrètement sur le courriel en question. Au lieu de cela, un porte-parole aurait pris position pour elle et aurait répondu en quelques phrases: «A notre connaissance, les personnes qui parlent de «guerre» peuvent être poursuivies politiquement en Russie. Nous avons informé nos collaborateurs à ce sujet».

Faute de matière première, l'entreprise cesse de travailler en Russie

Ems-Chemie a annoncé, jeudi, avoir suspendu sa production sur ses deux sites russes. Les affaires de l'entreprise se sont, en effet, effondrées en Russie en raison de la guerre en Ukraine. L'activité des deux sites est en grande partie interrompue et les employés y effectuent des travaux d'entretien, indique, jeudi, le secrétaire général de l'entreprise suisse, Marc Ehrensperger, à la Südostschweiz. Les usines de Nijni Novgorod et de Yelabouga emploient chacune une trentaine de collaborateurs. Elles fournissent en polymères l'industrie automobile locale.

(jah/svp/ohe/ats/adapté en partie de l'allemand)

50 ans du suffrage féminin

1 / 15
50 ans du suffrage féminin
source: archives sociales suisse
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'analyses sur ce qui se passe en Ukraine

Pourquoi la Russie n'a pas encore gagné la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Les réfugiés ont la même voiture que nous» Ça vous choque?

Link zum Artikel

Ukraine: comment la cyber-guerre peut tout faire basculer (en Suisse aussi)

Link zum Artikel

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Anticommunisme, complotisme: la culture au temps de la guerre froide
Durant les décennies de la guerre froide, l’antagonisme Est-Ouest et la peur du communisme se sont emparés de la société tout entière. Et la culture n’a pas été épargnée, y compris en Suisse.

Entre 1945 et 1989, ces longues décennies de guerre froide, on savait parfaitement d’où venaient les méchants: de l’Est – de l’Union soviétique, de Russie ou de tous ses Etats satellites d’Europe de l’Est, à commencer par la RDA. Une idée développée avec assiduité dans les films et les romans de cette époque, depuis Le Troisième homme, ce grand classique de 1950, à L’Espion qui venait du froid de 1965, sans oublier Octobre Rouge, thriller sous-marin écrit par Tom Clancy en 1984 et adapté à l’écran en 1990.

L’article