DE | FR
image: capture d'écran youtube le temps

Ras-le-bol de la censure, Claude-Inga Barbey arrête sa chronique vidéo

L'humoriste Claude-Inga Barbey a annoncé, mercredi, mettre fin à ses chroniques vidéo et quitter les réseaux sociaux, dénonçant «un monde de censure».
22.12.2021, 18:5423.12.2021, 07:11

«Cette fois, les snipers des réseaux sociaux m’ont eue, je suis touchée.» Les mots de la comédienne dans Le Temps pour expliquer son retrait. Lasse de ce qu'elle dénonce comme un «monde de censure» qu'elle ne comprend plus, Claude-Inga Barbey a annoncé, mercredi soir, tirer sa révérence et cesser sa série de vidéos «TOC».

«Je laisse la jeune et talentueuse nouvelle génération d’humoristes suisses à la lourde tâche qui les attend, celle de se faufiler entre les barbelés de la censure»
Claude-Inga Barbey

L'attaque de trop?

L'humoriste, actuellement à l'affiche de La Revue genevoise, qui se joue jusqu’au 31 décembre, a été la semaine passée la cible d'attaques virulentes, pour avoir véhiculé des stéréotypes jugés «racistes» envers les Chinois dans une vidéo.

Toutefois, elle garde son rôle de chroniqueuse dans les pages du Temps. Elle sera de retour le 17 janvier, mais dans un autre format. (mbr)

Agathe essaie l'autotest Covid-19

Plis d'articles sur la Suisse

Devinez quelle est la ville la plus bruyante de Suisse!

Link zum Artikel

Covid: «Le problème en Suisse, c'est l'irresponsabilité collective»

Link zum Artikel

Ambassade suisse en Chine recherche activement mystérieux biologiste bernois

Link zum Artikel

La Suisse ne serait pas une vraie démocratie tant qu'elle n'applique pas le «jus soli»

Link zum Artikel
Le PLR ne voit pas de problème à reconstruire des centrales nucléaires
Cette position, soutenue par un certain nombre de membres du parti ne remet pas en cause le renouvelable, selon Johanna Gapany sa vice-présidente.

Dans le projet d'un papier de position, le PLR suggère de lever l'interdiction de construire des centrales nucléaires de dernière génération en Suisse. La proposition sera soumise à l'appréciation des délégués du parti le 12 février.

L’article