DE | FR
Le premier ministre ukrainien Denys Chmyhal et le président de la Confédération, Ignazio Cassis à Lugano.
Le premier ministre ukrainien Denys Chmyhal et le président de la Confédération, Ignazio Cassis à Lugano.Image: keystone

Les «principes de Lugano», c'est quoi et combien la Suisse va-t-elle payer?

La conférence pour la reconstruction de l'Ukraine prend fin, aujourd'hui, au Tessin. Les différentes parties ont accepté de signer une déclaration comprenant les «principes de Lugano», qui devraient guider les relations ukraino-européennes après la fin de la guerre. En pratique, que représentent-ils?
05.07.2022, 16:5506.07.2022, 12:12

Le tapis déroulé pour une flopée de personnalités triées sur le volet, une ville tessinoise, un soleil estival sur le lac... les stars du ciné sont-elles arrivées un mois en avance au Festival du film de Locarno? Pas vraiment.

Lugano accueillait, lundi et mardi, la conférence pour la reconstruction de l'Ukraine («Ukraine recovery conference»), dans le but de mettre en relation officiels de tous poils et organisations internationales, du secteur privé comme public.

Que du beau monde!
Que du beau monde!Image: keystone

Le conseiller fédéral en charge du Département des Affaires étrangères (DFAE) Ignazio Cassis, ainsi que le premier ministre ukrainien Denys Chmyhal et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen étaient notamment présents, tout comme des représentants de tous les pays de l'Union européenne (UE), ainsi que de la Suisse, du Royaume-Uni, des Etats-Unis ou encore de la Turquie.

A propos des sept principes

Un moment historique entre Ignazio Cassis et Denys Chmyhal.
Un moment historique entre Ignazio Cassis et Denys Chmyhal.Image: keystone

Au cœur de la conférence, une déclaration qui reconnaît formellement l'agression russe en Ukraine par les signataires s'engage à soutenir l'Ukraine, moralement comme en pratique. Et la pratique, elle passe par les «sept principes de Lugano»:

  1. La création de partenariats entre l'Ukraine et les signataires, en fonction des besoins les plus urgents du pays, avec un accent sur la maîtrise des flux financiers et la coordination.
  2. L'application de réformes qui doit permettre de rapprocher l'Etat ukrainien de l'Europe sur le plan politique.
  3. Un engagement à la transparence et le respect et l'Etat de droit. Ce point met en évidence spécifiquement la lutte contre la corruption et évoque une «redevabilité envers le peuple ukrainien».
  4. La participation démocratique, avec la prise en compte de toutes les parties qui composent la nation ukrainienne, en mettant l'accent sur la décentralisation et une plus grande autonomie des régions locales.
  5. Un engagement pour la gouvernance multipartite, qui comprendra des partenaires nationaux comme internationaux, privés comme publics.
  6. L'inclusion et l'égalité de genre ainsi que le respect des droits humains, y compris économiques et culturels. Ce point évoque également la réduction des inégalités.
  7. La mise en place d'une politique durable, avec la prise en compte de critères sociaux, économiques et environnementaux, ces derniers étant alignés sur l'Accord de Paris.

Les plus curieux peuvent télécharger la déclaration complète en cliquant sur ce lien 👈

L'Ukraine promet de se battre contre la corruption

On devrait donc entendre parler, dans un futur qu'on espère proche, des «principes de Lugano» pour remettre debout une Ukraine post-invasion. Selon le premier ministre ukrainien Denys Chmyhal, certaines zones du pays d'où le conflit s'est retiré sont déjà concernées.

Il n'empêche, ces critères au vocable parfois techno-vaseux impliquent des changements en profondeur de l'appareil d'Etat ukrainien: la promesse d'une diminution de la corruption, du bon fonctionnement des organes judiciaires et l'implication des minorités du pays dans sa construction démocratique représentent un chantier d'ampleur. Denys Chmyhal, cité par Keystone-ATS, a indiqué vouloir mettre en place «les conditions pour que la corruption soit éliminée», un des points essentiels de la conférence pour la partie européenne.

A la clé? La reconnaissance de «l'avenir européen de Kiev après l'approbation de statut de candidat auprès de l'UE», rien que ça. De quoi faire mousser Poutine.

Combien cela va coûter et à qui?

En signant la déclaration, les participants ont également accepté un projet du premier ministre ukrainien Denys Chygmal, qui propose une sorte de «Plan Marshall» de reconstruction de l'Ukraine.

Si aucun chiffre précis n'a été fixé sur le papier, le premier ministre ukrainien a estimé la modique somme à 750 milliards de dollars. Côté suisse, on promet 100 millions de francs.

Denys Chmyhal a également plaidé pour que la somme requise soit financée en partie via la saisie des biens des oligarques russes. Ignazio Cassis s'est montré réservé, rappelant que la propriété privée était «un droit fondamental».

Un nouveau foyer 🏡 pour des enfants ukrainiens 🇺🇦

Vidéo: watson

Pour ne pas oublier la raison pour laquelle cette conférence a lieu

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La Suisse est protégée des canicules extrêmes, mais ça ne va pas durer»
Alors que la France est frappée par un nouvel épisode caniculaire avec des pics prévus à 40°C, les valeurs restent modérées en Suisse. Pourquoi? Notre pays dispose, pour le moment, de quelques avantages, explique Dean Gill, prévisionniste à Météo Suisse.

Dean Gill, comment se fait-il qu'il fasse 40°C en France et «seulement» une trentaine chez nous?
Il faut tout d'abord préciser que cette vague de chaleur ne concerne pas toute la France, mais le sud-ouest du pays et sa façade atlantique. Ces régions sont concernées par une dépression au large du Portugal qui fait remonter de l'air très chaud du Sahara. La Suisse est actuellement sous un courant frais de nord-est qui empêche l'air saharien d'arriver chez nous.

L’article