DE | FR
Bild

En 2017 à Genève, des centaines de sans-papiers s'étaient rassemblés pour remercier le canton de les avoir régularisés dans le cadre d'une opération nommée «Papyrus». Image: keystone

Ça y est, la vaccination des sans-papiers a commencé

Les cantons romands se lancent, ou devraient le faire prochainement, dans la vaccination à grande échelle des sans-papiers et autres personnes vulnérables contre le Covid-19. Genève a pris la tête des opérations dès hier lundi.



Genève, précurseur pour la vaccination destinée aux sans-papiers. Il est le premier canton romand à leur ouvrir en grand l’accès au sésame vaccinal contre le Covid-19. C’est hier, lundi 10 mai, que l’opération a officiellement commencé.

La Croix-Rouge genevoise est aux manettes. Elle centralise les demandes qui devraient se compter par milliers. Sur environ 80 000 personnes en situation irrégulière en Suisse, le canton du bout du lac est celui qui en dénombre le plus, soit quelque 10 000, selon des estimations variant au gré des régularisations et des nouvelles arrivées.

Les sans-papiers ne sont pas les seuls concernés par la mesure désormais en vigueur. Les Suisses et Suissesses en situation de vulnérabilité, sans domicile fixe, sans assurance maladie ou ne s’étant pas acquittées de leurs primes par manque d'argent pourront aussi s’adresser à la Croix-Rouge cantonale.

Gratuit, pris en charge par la Confédération ou les cantons, le vaccin est délivré sous certaines conditions que détaille l’ONG genevoise sur son site. Il faut notamment justifier d’un séjour sur le territoire cantonal depuis au moins trois mois (des factures, un abonnement de transport, etc.). Les conditions étant remplies, la Croix-Rouge oriente les ayants droit vers les centres de vaccination gérés par les Hôpitaux universitaires de Genève.

«A partir du 18 mai» (Vaud)

Unisanté, pôle sanitaire vaudois, annonce le déploiement à partir du 18 mai d'«un dispositif inédit de vaccination mobile devant permettre d'atteindre notamment des personnes précarisées ou allophones (de langue étrangère)», parmi elles des sans-papiers. «Ces derniers pouvaient déjà se faire vacciner, mais ce qui change, c'est qu'à compter du 18 de ce mois, la chose sera systématisée», précise Emilie Jendly, conseillère en communication d'Unisanté.

Neuchâtel informe que La Maison de santé, à La Chaux-de-Fonds, en liaison avec Médecins du monde, se chargera de cette tâche «dès le mois de juin en principe».

A Sion, en Valais, le nouveau conseiller d’Etat à la tête des affaires sociales et de la santé, Mathias Reynard, déclare: «Le canton devra être proactif, sinon les personnes vulnérables n’auront pas forcément connaissance de la possibilité de se faire vacciner. Nous avons transmis la demande à l’Office de l’action sociale et nous sommes en train de regarder comment faire pour entrer en contact avec les ayants droit via les associations.»

«Le but, c’est de faciliter l’accès à la vaccination des personnes vulnérables sans les mettre dans la difficulté, notamment quant à la protection de leurs données»

Mathias Reynard, conseiller d'Etat valaisan

La hotline du canton du Jura assure pour sa part qu'aucun cas de sans-papier souhaitant être vacciné ne s'est encore présenté. «Si cela devait arriver, une solution serait probablement trouvée», s'avance une employée. Qui précise par ailleurs que tout individu rencontrant des difficultés sociales a d'ores et déjà droit à la vaccination.

Enfin, dans le canton de Fribourg, «la personne sans assurance maladie ou se trouvant en situation précaire est orientée vers Fri-santé Espace de soins. Cela concerne aussi des personnes sans-papiers, depuis février», explique Claudia Lauper-Luthi, secrétaire générale de la Direction de la santé et des affaires sociales. Fribourg serait donc, en Suisse romande, le véritable précurseur de la vaccination aux étrangers en situation irrégulière. Cela concernerait quelques dizaines d'individus.

Le vaccinodrome de Palexpo à Genève

1 / 8
Le vaccinodrome de Palexpo à Genève
source: sda / martial trezzini
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Avec ce clip, Singapour espère augmenter sa couverture vaccinale

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Le couple, espèce en voie de disparition en Suisse

Le nombre de petit ménages se multiplient en Suisse depuis 100 ans. Ceux contenant une seule personne sont de plus en plus nombreux.

Le couple est-il mort en Suisse? Pas tout à fait, mais d'ici 30 ans, les personnes vivant seules seront toujours plus nombreuses (+30% par rapport à 2020), selon les projections de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En effet, si aujourd'hui le couple avec un ou plusieurs enfants reste la forme de vie la plus fréquente, sa proportion a tendance a diminuer. D'ailleurs, la baisse de la taille des ménages est une tendance observée depuis longtemps:

En résumé, en près d’un siècle, le …

Lire l’article
Link zum Artikel