DE | FR
Image: République des sports
témoignage

Jeunes migrants en Suisse, ils racontent leur quotidien et leurs espoirs

Ils ont entre 13 et 23 ans, viennent d'Irak, d'Afghanistan ou d'Erythrée et ont atterri en Suisse – souvent sans leurs parents – presque par hasard. Tous racontent leur amour pour cette terre d'accueil, mais aussi leur crainte de devoir la quitter. Confidence entre séparation, découverte de la fondue et jalousie.
16.08.2021, 05:5916.08.2021, 06:53
Suivez-moi

A les écouter, la Suisse est le plus beau pays du monde et ses habitants sont aussi polis que gentils. Et si leurs propos sont sans doute sincères, impossible de ne pas se souvenir que ceux qui les prononcent ne sont pas tout à fait libres de leurs mots. Les huit jeunes migrants que watson a pu rencontrer sont, pour la plupart, dans l'attente d'obtenir le sésame leur permettant de rester en Suisse. Dans ces conditions, difficile de dire du mal de son pays d'accueil:

«La Suisse, c'est un bon pays, parce qu'il a de bonnes lois. Et j'adore les montagnes»
Sokhna, 13 ans, venue du Sénégal
«En Suisse, c'est très bien parce que les gens ne font pas de différence entre les immigrés et ceux qui sont nés ici»
Mylena, 17 ans, venue du Brésil

23 jeunes migrants ont pris part au camp organisé par Whatsport en Valais

Rahel, 19 ans, est le parfait exemple de cette volonté de ne pas fauter: «J'aime la Suisse parce que c'est très calme et que j'ai la possibilité d'y étudier. Ce n'est pas la même culture que chez moi, mais c'est à nous de nous adapter et de respecter votre culture», confie timidement celle qui est venue seule d'Erythrée, alors qu'elle était encore adolescente.

Youtube et Facebook
pour découvrir la Suisse

Au moment de décrire son périple, elle ne lâche qu'un mot: «difficile». Fabhad ne se montre pas beaucoup plus bavard sur son parcours. «Il y avait des dangers», se contente de glisser le jeune Afghan. A 14 ans, il a traversé l'Europe tout seul, avant de débarquer en Suisse.

«Même si la nourriture est très bonne en Afghanistan, je suis tombé amoureux de la fondue»
Fabhad, 17 ans

Un pays dont il avait entendu parler sur les réseaux sociaux et qui l'a attiré pour son respect des règles. «On m'a dit, en Suisse tout dépend de toi. Si tu travailles bien, tu gagneras bien.» De son côté, Omid a appris les 26 cantons et la capitale helvétique sur YouTube. Il faut dire que le jeune homme ne connaissait rien à la Suisse en quittant l'Afghanistan, à 16 ans, avec sa maman.

Séparé d'elle en Grèce, il a poursuivi seul, traversant des moments difficiles dans plusieurs pays, avant de finalement rallier la Suisse. «Ici, on m'a tout de suite bien accueilli, on m'a donné à manger, un lit, une brosse à dent, une couverture», se souvient celui qui effectue désormais un apprentissage dans le domaine de la santé et rêve de devenir infirmier.

«J'aimerais rester, mais je ne suis pas sûr de pouvoir. Bien sûr, c'est difficile de prévoir son avenir comme ça, mais j'essaie de rester positif, de ne pas penser aux problèmes de papiers et de profiter pour me former. Dans le pire des cas, quand je retournerai au pays, je serai capable de soigner les gens.»

Omid, 20 ans
Omid, 20 ans Image: République des sports

Avec ou sans parents,
des débuts compliqués...

Venue du Sri Lanka, Nilakshana a, elle aussi, été séparée de ses parents en cours de route. Elle ne s'est pas retrouvée seule pour autant: «On est arrivés en Suisse avec mon petit frère et ma petite sœur. On était des enfants au milieu des adultes. Tout le monde se demandait ce qu'on faisait là.» De ses premiers pas dans le canton de Vaud, elle se souvient du foyer d'accueil et de sa peur de la police et des bagarres.

«C'est un accident si on est arrivés en Suisse. On ne connaissait rien, c'était en décembre, il y avait de la neige partout...»
Nilakshana, 19 ans

Aujourd'hui, elle vit dans en foyer à Lausanne, alors que son frère et sa sœur sont placés dans une famille d'accueil à Yverdon. Heureusement, après sept mois sans nouvelles de ses parents, elle a réussi à les retrouver grâce aux réseaux sociaux et les appelle désormais régulièrement: «ils aimeraient nous rejoindre ici.»

C'est accompagné de ses parents qu'Omar s'est installé en Suisse à 14 ans. Pourtant, l'acclimatation a aussi été compliquée. «Au début, ce n'était vraiment pas facile. Je n'avais pas d'ami, je ne parlais pas la langue, je voulais retourner en Irak», se souvient l'apprenti coiffeur. Trois ans plus tard, cela a bien changé: «La Suisse, c'est ma vie, c'est vraiment génial. Je fais les choses comme si j'avais grandi ici.»

Alors, même si ses parents ont déjà reçu plusieurs réponses négatives de la part de la Confédération, le jeune homme garde espoir de pouvoir rester. «C'est un peu bizarre cette situation, on n'est jamais vraiment tranquilles. J'essaie de ne pas y penser, mais je sais que ma mère stresse beaucoup à cause de ça», confie-t-il.

«Au début, j'avais l'impression que les Suisses étaient froids mais ensuite, j'ai compris que si on leur parle, ils sont géniaux»
Omar
Omar (à droite) et Fabhad
Omar (à droite) et FabhadImage: République des sports

Et même en attendant que la décision tombe, son statut a déjà un impact sur son quotidien. «Je n'ai pas de carte d'identité, mais un papier blanc (réd: un document provisoire). Donc parfois c'est un peu triste, mes amis peuvent faire des choses que je ne peux pas, comme aller au fitness, par exemple.»

La Suisse, un paradis
avec quelques défauts

Du haut de ses 23 ans, Nabila est l'aînée du groupe. Si la jeune Afghane décrit son pays d'accueil comme un «endroit paradisiaque» où elle se sent en sécurité, elle fait preuve d'un certain recul et reconnaît que tout n'est pas si rose. «L'administration, par exemple, c'est trop compliqué, on ne comprend jamais comment ça fonctionne pour obtenir les bons papiers. Parfois, je trouve ça un peu injuste.»

La manière dont sa date de naissance a été fixée l'interroge également. «Comme je n'avais pas de papiers, j'ai eu droit à un examen médical pour déterminer mon âge. J'avais 17 ans, ils ont dit que j'en avais 20. Cela a été vraiment dur à accepter. En quelques minutes, j'ai pris trois ans.»

«Peut-être que j'ai 1000 soucis dans la vie, mais je ne suis pas la seule. L'important, c'est de se battre et de ne pas s'arrêter.»
Nabila

Elle raconte aussi avoir eu une mauvaise expérience avec le premier Helvète auquel elle a adressé la parole. «Mais je préfère ne pas prendre en compte ces quelques cas isolés. Je sais que de manière générale les Suisses sont vraiment gentils, qu'ils ne sont pas racistes.»

Nabila confie d'ailleurs que le risque d'être renvoyée en Afghanistan l'inquiète en permanence. «Ce serait un cauchemar pour moi. La situation est vraiment trop dangereuse pour vivre et je n'arrive pas à accepter le système très strict pour les femmes.»

De gauche à droite: Sokhna, Mylena, Rael, leur accompagnatrice et Nabila
De gauche à droite: Sokhna, Mylena, Rael, leur accompagnatrice et NabilaImage: République des sports

Malgré cette incertitude, la jeune femme a la ferme volonté d'aller de l'avant. «Si je dois repartir, il faut que je parte avec quelque chose. Le mieux, c'est donc de profiter de toutes les possibilités que nous offre la Suisse», explique celle qui s'apprête à commencer un apprentissage dans le domaine informatique.

Aujourd'hui, Nabila assure que les nombreuses personnes et cultures rencontrées tout au long de son parcours l'ont enrichie. Elle pose d'ailleurs un regard philosophique sur notre pays:

«Les Suisses ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont. Des fois, je suis un peu jalouse des enfants nés ici qui ont presque tout. Pourquoi moi, en tant qu'être humain, je n'ai pas eu les mêmes opportunités?»
Nabila

Les incendies en Grèce et Turquie

1 / 18
Les incendies en Grèce et Turquie
source: sda / yannis kolesidis
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

A Fribourg, la sauce secrète de ce sandwich est si bonne qu'on la boit

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Lucerne, 3000 personnes peuvent à nouveau boire l'eau du robinet
La population concernée devait d'abord faire bouillir de l'eau avant de la consommer.

Tous les habitants du quartier de Lucerne touchés par une contamination de l'eau potable peuvent à nouveau boire l'eau du robinet. L'alerte a été totalement levée jeudi, dix jours après la découverte de bactéries intestinales dans le réseau.

L’article