faible pluie
DE | FR
Suisse
International

Comment «pirater» ses meubles IKEA est devenu un business

IKEA
Image: Keystone

Comment «pirater» ses meubles IKEA est devenu un business

Le IKEA hack consiste à transformer des meubles de la grande marque suédoise pour les personnaliser et les rendre uniques. D'abord réservée aux bricoleurs, la pratique s'est transformée en phénomène commercial.
25.07.2021, 10:0525.07.2021, 10:48
Barthélemy Dont / slate
Un article de Slate
Slate

Ikea est la plus grosse entreprise d'ameublement au monde, de très loin. La marque suédoise possède 445 boutiques réparties dans 50 pays, emploie plus de 200 000 personnes et a réalisé, sur l'exercice 2018-2019, un chiffre d'affaires de 41,3 milliards d'euros.

D'après un sondage réalisé en 2020, au moins 68% des Français ont au moins un article acheté dans les travées du géant suédois. Le revers de la médaille est que, du fait de cette omniprésence, la marque se banalise: rien ne ressemble plus à un intérieur Ikea que les millions d'autres intérieurs Ikea.

La volonté de ne pas
faire comme tout le monde

Pour remédier à cela sans casser sa tirelire, on peut se tourner vers le «Ikea hacking», une pratique qui consiste à bricoler les meubles de la marque, afin de les personnaliser et leur donner plus de caractère.

Des pieds design, quelques boutons de porte et une couche de peinture permettent de transformer une étagère Kallax à 50 euros en une simili-commode art-déco, qui coûterait le triple dans une boutique haut de gamme. Comme les meubles Ikea sont partout et utilisent souvent des pièces standards, ils sont de surcroît parfaits pour partager guides et conseils de customisation.

Et ces conseils se diffusent largement: non seulement le «Ikea hacking» est pratique, mais il est aussi hautement viral. The Hustle a ainsi mesuré la popularité des hacks Ikea sur les réseaux sociaux. Résultat: 64 millions de vues pour les vidéos #Ikeahacks sur TikTok, plus de 500 000 posts sur Instagram, des centaines de groupes dédiés sur Facebook, des milliers de vidéos populaires sur YouTube et un subreddit dont le nombre de membres a quadruplé en cinq ans, pour atteindre les 78 000 aujourd'hui.

D'abord réticent, IKEA a fini par accepter la tendance

Le succès est tel qu'après avoir tenté de faire fermer un site populaire dédié à la customisation, Ikea accueille désormais la pratique à bras ouverts. Les confinements, lors desquels les activités manuelles comme le bricolage et la boulangerie ont eu la cote, ont encore accéléré la tendance.

Rançon du succès, cet Ikea hack initialement pensé comme une activité do it yourself a fini par attiser l'intérêt d'entreprises pour ce large marché de personnes souhaitant modifier leurs meubles sans avoir à s'occuper eux-mêmes du bricolage.

S'il existe des boutiques Etsy spécialisées dans les accessoires de customisation, des start-ups de e-commerce se sont ainsi également placées sur le créneau. Bemz vend des housses de canapé, Kokeena des portes de placard et Prettypegs des poignées de portes ou pieds de commodes compatibles avec les meubles Ikea.

Loin de la débrouille des origines, il est même désormais possible de faire modifier sa cuisine entière par des firmes comme Reform ou Semihandmade. Il faut pour cela acheter une cuisine Ikea neuve puis la faire modifier par ces entreprises, sans avoir à s'approcher d'un pinceau ou d'une perceuse.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Dubaï la magnifique

1 / 19
Dubaï la magnifique
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

«Titane? On s'en fout, on est tous venus pour Kaamelott»

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La place financière suisse tremble à l'idée de briser un grand tabou
Les flux financiers internationaux sont de plus en plus souvent utilisés comme des armes dans les conflits géopolitiques. Cette évolution mine des espaces monétaires entiers et met en péril le modèle commercial des places financières internationales.

En même temps que l'ouverture du Forum économique mondial de Davos, le Credit Suisse a publié la semaine passée une analyse de 30 pages qui traite de l'avenir du système monétaire mondial et du dollar en tant que monnaie de référence mondiale. La coïncidence des deux événements n'est pas le fruit du hasard.

L’article