DE | FR

Credit Suisse: notre pays bientôt sur liste noire?

Le Parti populaire européen (PPE) a demandé lundi à l'Union européenne (UE) de revoir sa relation avec la Suisse et d'envisager de l'ajouter à sa liste des pays à risque élevé en matière de criminalité financière.
21.02.2022, 17:3221.02.2022, 21:30

La place financière suisse pourrait bien avoir plusieurs soucis à gérer après les révélations sur les clients sulfureux du Credit Suisse. On rappelle que la banque aurait, selon les informations d'un consortium de médias dévoilées dimanche soir, accepté pendant plusieurs années des autocrates, des trafiquants de drogue (et d'êtres humains), ainsi que des criminels de guerre présumés comme clients.

Lundi, le Parti populaire européen (PPE), qui réunit les partis de droite et du centre-droit, a demandé à l'UE de revoir sa relation avec la Suisse et d'envisager de l'ajouter à sa liste des pays à risque élevé en matière de blanchiment d'argent.

«Le Credit Suisse aide sciemment des criminels depuis des décennies. C'est tout simplement inacceptable»
Markus Ferber, eurodéputé (PPE).

Selon lui, «si les banques suisses ne surveillent pas de près les clients des zones à haut risque», la Suisse elle-même se retrouvera sur liste noire en matière de blanchiment d'argent.

Mila se fait agresser par un homme

Plus d'articles sur les banques suisses:

Evasion fiscale: UBS condamnée par la justice française

Link zum Artikel

Le montant investi par les banques suisses dans le charbon donne le tournis

Link zum Artikel

Pourquoi les activistes du climat s'attaquent à UBS et Crédit Suisse?

Link zum Artikel

Le WWF classe la durabilité écologique des banques suisses

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, un officiel russe clash Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article