DE | FR
Interview

Face à la hausse du prix de l'essence, «on pourrait baisser les taxes»

Image: Shutterstock
Depuis le début de l'année, l'essence et le diesel sont de plus en plus chers en Suisse. Comment cette situation va-t-elle impacter le budget des ménages? Quelles mesures permettraient d'atténuer le choc pour nos porte-monnaies? Les réponses de Sergio Rossi, économiste à l'Université de Fribourg.
13.10.2021, 18:4814.10.2021, 08:43
Suivez-moi

Quel est l'impact de la hausse du prix de l'essence sur le budget des ménages suisses?
Sergio Rossi, économiste: Cette situation peut toucher plusieurs personnes, notamment celles issues de la classe moyenne inférieure et les plus pauvres. Pour ceux et celles qui ont des difficultés financières et qui doivent utiliser la voiture pour aller travailler tous les jours, cette augmentation du prix des carburants risque d'avoir un impact sur l'épargne disponible, qui pourrait se volatiliser.

«Plus généralement, cela va se répercuter sur leur niveau de vie et les pousser, par conséquent, à limiter leurs dépenses»
Sergio Rossi, professeur d'économie à l'Université de Fribourg

Qu'est-ce qu'on peut faire pour limiter ça?
Plusieurs mesures peuvent être prises. La première serait de réduire les taxes sur les carburants, ce qui va encourager les gens à utiliser davantage la voiture. Mais ce n'est pas bien pour l'environnement et, surtout, cela va toucher tout le monde de manière indifférenciée, les riches comme les pauvres.

Pour éviter de baisser les taxes sur les carburants, on pourrait aussi offrir aux gens qui en ont besoin un crédit d'impôt, ce qui permettrait au final de réduire leur facture pour l'achat de carburant.

Mais comment déterminer les critères pour y bénéficier?
Cela pourrait être calculé sur la base du revenu disponible. Une autre mesure consisterait à verser des subventions à celles et ceux qui en font la demande, comme on le fait par exemple avec les subsides pour les primes de l'assurance-maladie.

«De toute manière, rien ne sera fait, car il n'y a pas la volonté politique»
Sergio Rossi, professeur d'économie à l'Université de Fribourg

Pourquoi?
Ceux qui s'opposent à ce type de mesures diront que la hausse du prix de l'essence est un phénomène qui relève de l'économie de marché, qu'il ne faut pas intervenir dans le mécanisme de l'offre et de la demande. Selon eux, l'État a déjà beaucoup dépensé pendant la pandémie et devrait plutôt viser un équilibre budgétaire au niveau des finances publiques.

Sergio Rossi est professeur ordinaire à l’Université de Fribourg, où il dirige la Chaire de macroéconomie et d’économie monétaire.
Sergio Rossi est professeur ordinaire à l’Université de Fribourg, où il dirige la Chaire de macroéconomie et d’économie monétaire.
Image: unifr

L'une des raisons expliquant la hausse du prix de l'essence est la spéculation financière. Cela devrait-il être réglé?
Il faudrait interdire l'achat et la vente à terme de pétrole par des institutions financières, car ce genre de transactions influence aussi le prix de l'essence et des autres carburants dérivés du pétrole. À défaut de cela, les banques et les fonds de placement devraient payer une taxe sur ces transactions qui les dissuadent de spéculer sur le pétrole.

Copin comme cochon: Les Autogrill au mois d'août

Plus d'articles sur la voiture

L'Europe enterre les voitures à essence et force la Suisse à l'imiter

Link zum Artikel

Comment les voitures électriques remplaceront les moteurs à combustion

Link zum Artikel

Une voiture volante réussit son baptême du feu entre deux villes

Link zum Artikel

La police pince 120 voitures en excès de vitesse... en 90 minutes

Link zum Artikel

L'attaque à l'arc en Norvège considérée comme un acte terroriste

La police norvégienne a classé l'attaque à l'arc qui a fait cinq morts comme un acte terroriste. L'auteur présumé est un Danois de 37 ans converti à l'islam.

Un homme armé d'un arc et de flèches a tué cinq personnes et en a blessé deux autres mercredi à Kongsberg, dans le sud-est de la Norvège. L'attaque s'est produite à plusieurs endroits dans le centre-ville.

La police norvégienne a fourni jeudi des précisions quant à l'auteur présumé de l'attaque. Il s'agit d'un Danois de 37 ans converti à l'islam, avec lequel elle avait été en contact dans le passé pour des «craintes de radicalisation».

«Il y a eu des craintes liées à une radicalisation …

Lire l’article
Link zum Artikel