ensoleillé, brumeux
DE | FR
Suisse
Interview

Neuchâtel: 5 questions au président des Juifs suite au refus de la loi

Synagogue de la Chaux-de-Fonds et Bertrand Leitenberg
La synagogue de la Chaux-de-Fonds et Bertrand Leitenberg, président de la Communauté israélite du Canton de Neuchâtel (CICN)Wikimedia CC BY-SA 3.0 / montage watson
Interview

La communauté juive et le «non» à la loi sur les religions en 5 questions

Le peuple neuchâtelois a dit non à la loi offrant au Grand Conseil le pouvoir de reconnaître des communautés religieuses. Bertrand Leitenberg préside la Communauté israélite du Canton de Neuchâtel (CICN), qui souhaite être reconnue par l'Etat. Laïcité, islam, antisémitisme: le Chaux-de-Fonnier n'a évité aucune de nos cinq questions.
27.09.2021, 06:0127.09.2021, 10:57
Jonas Follonier
Suivez-moi

LE VOTE

Le peuple neuchâtelois veut avoir le dernier mot sur la reconnaissance de nouvelles communautés religieuses. Comment interprétez-vous ce vote ?
Bertrand Leitenberg: La communauté juive est acceptée depuis bien longtemps dans le canton de Neuchâtel. Plus généralement, la multiplicité des religions est une réalité dans ce canton. Il existe un groupe de dialogue interreligieux du canton de Neuchâtel depuis longtemps. C’est une des institutions avec lesquelles l’Etat ou les particuliers ont déjà des discussions. La loi qui était soumise au vote permettait quelque chose en plus, dont la population n’a pas voulu ou qu’elle a mal compris. Ce sera peut-être partie remise. En tout cas:

«Je ne crois pas que ce résultat va changer fondamentalement les choses pour les communautés qui voulaient être reconnues, ni pour celles qui ne le voulaient pas.»

LE CAS DES JUIFS DE NEUCHÂTEL

Vous aviez déclaré que si la loi passait, vous, la communauté juive, feriez une demande de reconnaissance à l’Etat. Pourquoi une petite communauté comme la vôtre (0,1% de la population neuchâteloise) devrait-elle être reconnue officiellement?
Il ne s’agit pas d’avoir la même position que les trois Eglises «historiques» (réformée, catholique romaine et catholique chrétienne). Par exemple, nous ne voudrions pas percevoir d’impôt ecclésiastique récolté par l’Etat; nous avons notre propre mode de financement et nous nous en sortons très bien. De plus, notre communauté dans le canton de Neuchâtel existe en tant que telle depuis 1833. Nos relations avec l’Etat, avec les autres communautés religieuses et avec la population de manière générale sont bonnes. En fait:

«La reconnaissance des Juifs à Neuchâtel aurait un but purement symbolique»

LE FUTUR

Si une nouvelle loi voit le jour ces prochaines années avec l’ajout d’une clause rendant un vote populaire obligatoire, vous ferez votre demande?
Oui, je ne vois pas pourquoi nous changerions d’avis, à condition que la nouvelle loi garde toute la substance de la première, hormis l’ajout de la clause du référendum.

L'ISLAM

Vu l’actualité du monde, et du monde des idées, c’est vraisemblablement l'islam qui était en jeu dans le choix du peuple neuchâtelois de ne pas laisser dans les mains du Grand Conseil le pouvoir de reconnaître une communauté. La population a-t-elle eu raison d’être prudente?
Non, je trouve dommage que cette loi ait été refusée. Celle-ci aidait justement les communautés religieuses à s’intégrer. Il fallait que les communautés montrent clairement leur volonté d’intégration, acceptent d’être transparents et que l’Etat ait un œil sur leur fonctionnement. Ainsi, en ce qui concerne les religions sur lesquelles les gens peuvent avoir des craintes, c’était justement l’occasion de leur donner la possibilité de dire qu’elles veulent s’intégrer à la société.

L'ANTISEMITISME

En France, un antisémitisme s’invite chez certains adeptes de théories du complot sur le vaccin ou la pandémie que nous traversons. Observez-vous un tel phénomène en Suisse?
Pas aussi fortement qu’en France. Mais malheureusement, on est obligé d’admettre que les réseaux sont devenus un dangereux moyen d’exprimer des opinions malsaines. Internet ne s’arrête pas aux frontières. Hélas, cette menace existe donc aussi en Suisse, bien qu’à moindre mesure. La coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) fait un grand travail de contrôle par rapport à ces messages antisémites d’un autre temps.

Les feux de forêts en Californie

1 / 9
Les feux de forêts en Californie
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Eric Amato de Dialogai réagit au oui au mariage pour tous

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Usam demande à la Confédération d'enquêter sur La Poste
L'Union suisse des arts et métiers (Usam) s'inquiète de possibles violations du droit des subventions par La Poste. Le géant jaune «devrait prouver qu'il n'alloue pas de moyens financiers à des domaines d'activité non subventionnés».

L'Union suisse des arts et métiers (usam) s'inquiète de possibles violations du droit des subventions par La Poste lorsque le géant jaune s'étend sur le marché privé. Elle a demandé au Contrôle fédéral des finances (CDF) de mener des vérifications.

L’article