Suisse
Justice

Les Suisses ont toujours plus besoin d'une protection juridique

Les augmentations de loyer conduisent de plus en plus de gens à souscrire une assurance protection juridique.
Les augmentations de loyer conduisent de plus en plus de gens à souscrire une assurance protection juridique.Image: Shutterstock

Pourquoi les Suisses ont toujours plus besoin d'une protection juridique

Un sondage montre que la demande d'assurances de protection juridique en Suisse a plus que doublé au cours des cinq dernières années.
26.12.2023, 12:0026.12.2023, 12:39
Benjamin Weinmann / ch media
Plus de «Suisse»

C'est pas légal, ou bien? Une assurance de protection juridique peut aider à répondre à cette question. C'est du moins la conclusion à laquelle parviennent de plus en plus de personnes en Suisse. Elles espèrent y trouver la sécurité et le soutien de spécialistes. C'est ce que montre un nouveau sondage représentatif réalisé par l'assureur Generali Suisse et sa filiale Fortuna Assurance de Protection Juridique auprès de 1000 personnes.

Selon l'enquête, le besoin en assurances de protection juridique a plus que doublé au cours des cinq dernières années. Ce qui est surprenant, c'est la forte augmentation de la proportion de personnes qui ont besoin d'une assistance juridique par un avocat ou un conseiller juridique.

Selon les secteurs, ce nombre a augmenté de plus de 60% au cours des cinq dernières années. C'est surtout dans les domaines de la famille (+73%), des transports (+56%) et de la santé (+52%) que le besoin de soutien juridique a connu la plus forte croissance.

D'abord l'aide privée, ensuite l'avocat

On ressent cette tendance, explique le chef de Fortuna Roman Clavadetscher:

«A la fin octobre 2023, les cas de sinistres et de litiges enregistrés chez nous ont augmenté de 10% par rapport à l'année précédente»

Selon l'enquête, jusqu'à 90% des participants indiquent qu'en cas de problème, ils agissent d'abord eux-mêmes, font des recherches sur Internet ou demandent des conseils juridiques dans leur entourage privé. Le recours à un avocat est plus fréquent en cas de problème avec l'employeur.

D'après l'enquête, la moitié des personnes interrogées ont été impliquées dans des affaires juridiques au cours des dernières années. Les domaines de vie les plus concernés sont «le travail» (20%), «le logement et la construction» (19%) et «la famille» (16%).

Et ce sont les personnes âgées de 25 à 34 ans qui sont le plus souvent impliquées dans des affaires juridiques.

Pourquoi les jeunes sont-ils tant concernés?

Clavadetscher a une explication:

«Les jeunes changent par exemple plus souvent de travail, et cela peut conduire à des situations conflictuelles»

Il cite par exemple des désaccords concernant le certificat de travail ou le non-paiement des heures supplémentaires.

Et puis il y a les litiges en matière de bail. Selon Clavadetscher:

«Tout le monde ou presque est concerné par l'augmentation du taux d'intérêt de référence»

On enregistre ici un nombre particulièrement élevé de cas concernant des augmentations de loyer injustifiées ou des décomptes de charges erronés. «Dans de tels cas, une assurance de protection juridique peut aider à faire valoir les droits des locataires.»

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Conseil fédéral empêche Genève d'introduire son congé parental
Genève ne peut pas encore introduire un congé parental de 24 semaines. Le Conseil fédéral juge le financement incompatible et propose de réviser la loi sur les allocations.

Genève ne peut pas introduire pour le moment de congé parental de 24 semaines. Estimant que les modalités de financement prévues ne sont pas compatibles avec le droit fédéral, le Conseil fédéral propose une révision de la loi sur les allocations pour perte de gain.

L’article