Suisse
Justice

Genève: un meurtrier, violeur et pédophile ne sort pas de prison

Un meurtrier, violeur et pédophile aurait pu sortir de prison, mais non

Il aurait pu sortir de prison, mais le Tribunal fédéral dit non et voici pourquoi.
31.10.2022, 12:0031.10.2022, 11:57
Plus de «Suisse»

Un homme condamné à 16 ans de réclusion, en 2010, à Genève pour le meurtre de sa femme, des viols et des actes d'ordre sexuels avec des enfants, sera interné. Comme la justice du bout du lac, le Tribunal fédéral constate que les conditions d'un traitement thérapeutique institutionnel ne sont pas réunies. Les faits s'étaient déroulés entre 2002 et 2005. Durant l'instruction, trois expertises ont été menées:

  1. En 2006, un premier médecin avait constaté l'existence de troubles mixtes de la personnalité.
  2. Un an plus tard, un second psychiatre avait posé un diagnostic similaire et prédit un risque de récidive.
  3. Un troisième expert avait abouti aux mêmes conclusions en 2009.

A l'audience en 2010, les trois hommes s'étaient prononcés en faveur d'un internement dès lors que l'auteur, un Péruvien âgé alors de 44 ans, n'avait pas conscience de son trouble et refusait tout traitement.

Internement ou thérapie

Selon un arrêt du Tribunal fédéral publié lundi, le meurtrier est arrivé à la fin de sa peine en août 2021 - il avait effectué plus de 5 ans en préventive avant sa condamnation. La question s'est alors posée de son éventuelle remise en liberté.

Face au refus persistant opposé par l'intéressé à tout traitement, le Service de probation et d'intervention du canton de Genève a rendu un rapport en vue de son internement. Il en ressort que le condamné ne présente aucun recul critique par rapport à l'essentiel des actes reprochés. En 16 ans d'incarcération, il n'a adhéré à aucune option thérapeutique, sauf récemment et de manière peu sincère.

Sur cette base, et suite à l'audition d'un nouvel expert, le Tribunal d'application des peines et des mesures du canton (TAPEM) a ordonné la mise en œuvre de l'internement ordonné par le jugement de 2010. Cette décision a été confirmée par la Cour de justice en avril 2022.

Pour le Tribunal fédéral, la justice genevoise n'a pas versé dans l'arbitraire en l'espèce. Elle a conclu de manière convaincante qu'une mesure thérapeutique institutionnelle n'était vraisemblablement pas de nature à entraîner une diminution du risque de récidive dans les 5 ans et ne devait pas remplacer l'internement prononcé. (jah/ats)

Europa-Park: le Silver Star à l'arrêt, des passagers évacués à pied
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'ex-secrétaire général de la Fondation Beaulieu blanchi par la justice
Bien que le Ministère public avait requis huit mois de prison avec sursis pour «gestion déloyale aggravée», l'ancien responsable est à nouveau blanchi, en appel.

Le Tribunal cantonal vaudois confirme l'acquittement de l'ancien secrétaire général de la Fondation Beaulieu à Lausanne. Comme en première instance, la Cour d'appel a estimé que Marc Porchet n'était pas coupable de gestion déloyale.

L’article