DE | FR

Qaasim Illi et Nicolas Blancho ont été condamnés en appel

Les deux membres du comité directeur du Conseil central islamique suisse (CCIS), Qaasim Illi, à gauche, et Nicolas Blancho, à droite, le jeudi 16 décembre 2021 devant le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone.
Les deux membres du comité directeur du Conseil central islamique suisse (CCIS), Qaasim Illi, à gauche, et Nicolas Blancho, à droite, le jeudi 16 décembre 2021 devant le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone.Image: sda
La Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral a condamné Qaasim Illi et Nicolas Blancho pour la mise en ligne de vidéos de propagande islamiste. Ils ont enfreint la loi interdisant les groupes «Al-Qaïda» et «Etat islamique».
27.01.2022, 15:2527.01.2022, 15:52

Qaasim Illi et Nicolas Blancho comparaissaient pour la mise en ligne de vidéos de propagande islamiste. Ils ont été condamnés par la Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral.

Dans son jugement rendu public jeudi, la cour a condamné respectivement:

  • Qaasim Illi à une peine de 16 mois avec sursis pour la publication de deux vidéos, «The Islamic State and I» et «L'aube véritable».
  • Nicolas Blancho à de 270 jours-amendes, assortis également du sursis, car il s'est «contenté» de faire la promotion de ces films.

Condamnés en décembre 2021, les deux membres du Conseil central islamique suisse (CCIS) avaient fait appel et plaidaient l'acquittement.

Que leur reprochait le tribunal?

Le tribunal constate que les deux hommes ont contribué à la publication et à la diffusion des vidéos.

Qaasim Illi a organisé leur publication sur les canaux du CCIS. Sur Youtube, ces films ont été vus respectivement à 25 000 et 100 000 reprises. Illi a également organisé une séance de projection de «L'aube véritable» à Winterthour en décembre 2015, à laquelle ont assisté entre 100 et 200 personnes.

Quant à Nicolas Blancho, il a fait la promotion de la vidéo «The Islamic State and I», une interview d'Abdallah Al-Muhaysini, qui serait un dirigeant d'une organisation proche d'Al-Qaïda. Lors de la réunion de Winterthour, il aurait pris la parole à cet effet durant 40 minutes.

Dans son communiqué, la Cour des affaires pénales constate que les deux hommes ont soutenu ces vidéos de manière inconditionnelle. Ils n'ont manifesté aucun esprit critique envers Abdallah Al-Muhaysini, qui était alors le guide spirituel des groupes «Jaish Al-Fatah» et «Jabhat Al-Nosra». Ils ont ainsi exprimé leur approbation de cette personne et de son appel au djihad armé, en particulier.

Leur culpabilité a ainsi été confirmée

Ces considérations ont amené le tribunal à confirmer les verdicts de culpabilité prononcés par la Cour des affaires pénales. Le 27 octobre 2020, cette dernière avait infligé des peines avec sursis de 18 mois contre Qaasim Illi et 15 mois contre Nicolas Blancho.

L'auteur des vidéos a été condamné définitivement par le Tribunal fédéral à 20 mois de prison avec sursis en novembre 2020. Son recours devant la Cour européenne des droits de l'homme est pendant.

Le jugement n'est pas définitif et peut être attaqué devant le Tribunal fédéral. (mbr/ats)

Le plus grand avion-cargo au monde balaie le brouillard à son atterrissage

Et pour tout savoir de l'actu chaude en Suisse en ce moment...

Voici les sextoys préférés des Suisses (les Fribourgeois sont des coquins)

Link zum Artikel

Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»

Link zum Artikel

Bannir la pub pour le tabac: et pourquoi pas le sucre et la viande aussi?

Link zum Artikel

Votations du 13 février: le point sur l'initiative «enfants sans tabac»

Link zum Artikel

Votations sur les médias: d'où vient la méfiance envers les journalistes?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
A Genève, une bagarre se termine en coups de feu
Des coups de feu ont été tirés à la suite d'une altercation entre deux groupes d'individus, dans la nuit de samedi à dimanche, dans un bar de Plainpalais à Genève.

Les protagonistes de l'altercation avaient déjà quitté les lieux à l'arrivée de la police. Les tirs n'ont fait aucun blessé.

L’article