en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Justice

Justice: le Tribunal cantonal acquitte 4 hommes impliqués dans une rixe

Palais de justice de l'Hermitage, siege du tribunal cantonal vaudois, photographie ce dimanche 11 janvier 2015 a Lausanne, Vaud. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le Tribunal cantonal vaudois a réglé, mercredi, une affaire qui date de 2013. Une bagarre générale partie d'un club a occasionné un blessé grave. KEYSTONE

Il perd un œil dans une rixe, mais il n'y a pas de coupable

Un Tunisien avait été gravement blessé à l'œil lors d'une bagarre générale dans un club lausannois. Condamnés en première instance pour lésions corporelles graves, les prévenus viennent d'être acquittés par le Tribunal cantonal.
25.09.2021, 11:3226.09.2021, 09:52
Plus de «Suisse»

Une sanglante affaire pénale, vieille de huit ans, vient peut-être de connaître son épilogue. En 2013, une bagarre générale entre ressortissants originaires des Balkans et des Maghrébins avait éclaté dans un club lausannois. Bilan de cette rixe ponctuée de coups de poings et d'utilisation d'une matraque télescopique: un homme ensanglanté, gravement touché à l'œil et qui a perdu connaissance. Il s'agissait d'un ressortissant tunisien en séjour illégal en Suisse.

Alors que l'enquête était en cours, la victime est rentrée au bercail en catimini. Ce qui a enlisé la procédure pénale. Plusieurs années plus tard, l'affaire a été relancée. Un compatriote en vacances en Tunisie a informé celui que son quartier a dédaigneusement surnommé «Le Borgne» qu'il était recherché en qualité de victime par les autorités judiciaires vaudoises. En mars, grâce à un visa expressément délivré pour lui permettre d'assister à l'audience, le quadra tunisien a pu se présenter au Tribunal de police de Lausanne.

Souvenirs gommés par le temps

Les quatre prévenus accusés de lésions corporelles graves ont nié toute implication dans les graves blessures du Tunisien. Quant au déroulement précis des faits, aucun d'entre eux ne semblait en avoir un souvenir précis. «Huit ans après, on ne se souvient pas de beaucoup de choses», avait soutenu le videur du club. Ce qui avait fait réagir l'avocate du Tunisien éborgné. «Vous avez perdu la mémoire. Mon client, lui, a perdu un œil», avait réagi Me Zakia Arnouni. La défense avait réclamé 40'000 francs de tort moral pour la victime. Le Tribunal de Lausanne lui en a octroyé quatre fois moins. Et a condamné avec sursis le quatuor de prévenus pour agression et lésions corporelles graves.

L'avocat du videur:

«La défense est sensible à la souffrance du plaignant. Parfois, la justice ne peut pas désigner de coupable. Ce n'est pas pour autant qu'elle a mal fonctionné. Bien au contraire»
Me Albert Habib, avocat du videur acquitté

Les quatre condamnés ont fait recours contre ce verdict. Le Tribunal cantonal vaudois s'est penché sur l'affaire mercredi après-midi. La Cour d'appel présidée par la juge cantonale Caroline Kühnlein a acquitté l'ensemble du quatuor. «Nous sommes soulagés par ce verdict qui survient après tant d'années. C'était compliqué de démêler le vrai du faux. Nous témoignons toute notre sympathie à la victime, qui a eu des séquelles grave», a indiqué Me François Gillard, avocat de l'ancien patron du club.

La manif anti-pass de Lausanne en images
1 / 9
La manif anti-pass de Lausanne, en images
partager sur Facebookpartager sur X
Qui est Mams, le meilleur street dancer de Suisse?
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les retraités vivent-ils comme des rois en Thaïlande? Ce Suisse raconte
Originaire d'Argovie, Hans-Jörg Jäger vit en Thaïlande depuis treize ans - et perçoit une rente AVS. Selon lui, l'image des Suisses retraités qui se la coulent douce à l'étranger ne correspond pas à la réalité. De son point de vue, une 13e rente ne serait pas un cadeau, mais un soulagement.

Il y a plus de 50 ans, l'auteur tessinois Plinio Martini a écrit un livre célèbre sur les pauvres du Val Bavona qui ont dû émigrer en Amérique parce qu'ils ne pouvaient pas vivre de leur salaire en Suisse. Jusqu'à peu après la Seconde Guerre mondiale, des Tessinois appauvris ont fui à l'étranger, comme ils le font dans Ni début ni fin. Dans le Val Bavona isolé, ce sont surtout les jeunes qui partaient.

L’article