Suisse
Karin Keller-Sutter

Credit Suisse: le FMI valide le rapport du Conseil fédéral

Faillite du Credit Suisse: le FMI valide le rapport du Conseil fédéral

Karin Keller-Sutter, membre du Conseil fédéral et ministre des finances, à la réunion du FMI à Washington, vendredi.
La ministre des finances Karin Keller-Sutter à Washington vendredi.Image: x
Un thème majeur de la réunion du FMI est l’endettement croissant des Etats dans un contexte de hausse des taux d’intérêt et de forte augmentation des dépenses de défense. Karin Keller-Sutter était de la partie.
19.04.2024, 23:40
Plus de «Suisse»

Le rapport du Conseil fédéral sur la crise de Credit Suisse et la thématique «too big to fail» a rencontré un écho favorable lors de la réunion de printemps du Fonds monétaire international (FMI). C'est ce qu'a déclaré Karin Keller-Sutter à Washington vendredi.

«Les mesures ont été jugées proportionnées», a déclaré la ministre des finances devant les médias. Elle a ajouté que ses collègues internationaux se sont montrés intéressés et ont identifié des lacunes dans leur propre législation, qui pourraient désormais être comblées:

«Nous voulons tirer les leçons de ce cas, car il est nécessaire, après les expériences que nous avons faites, de réexaminer de manière critique certaines normes internationales»
Karin Keller-Sutter

La Saint-Galloise a rappelé que le «régime too big to fail» est international et pas seulement une réglementation suisse:

«Cela signifie qu'il faut collaborer au niveau international. Et j'ai très bien ressenti cette volonté.»

La Suisse veut s'engager activement dans le développement des règles internationales «too big to fail» afin de préserver les Etats et les contribuables des conséquences de la faillite d'une grande banque. Il s'agit de minimiser les risques juridiques liés à la liquidation d'un établissement d'importance systémique.

Guy Parmelin aussi sur place

Egalement présent à Washington, le conseiller fédéral Guy Parmelin a signé un accord de partenariat à l'occasion des assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). La Suisse va participer à hauteur de quelque 10 millions de francs au «Partenariat mondial pour les finances publiques».

Introduit en 2023, ce partenariat est une pierre angulaire du FMI pour aider notamment les pays en développement et les pays émergents à mettre en place des politiques budgétaires solides et à créer une résilience collective.

Le ministre de l'Economie qui a participé vendredi à l'assemblée générale de la Banque mondiale, a réaffirmé le rôle de la Suisse dans la promotion d'initiatives durables et inclusives visant à réduire la pauvreté mondiale. Il a également souligné l'importance de la coopération internationale pour relever les défis mondiaux. (ats/jch)

Des snacks pour de très grosses faims
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Primes maladie: J'ai (encore*) la haine
Chaque année, c'est la même rengaine. Les primes maladie augmentent, on s'inquiète, les politiques tapent du poing sur la table, les assureurs encaissent. Et une fois que l'orage est passé, qu'on est bien tondu, on se remet sagement au boulot, jusqu'à la prochaine annonce. Mais comment a-t-on pu en arriver là?

Aussi loin que remontent mes souvenirs d'adulte, qui soupire devant la boîte aux lettres et qui paie ses factures, j'ai toujours vécu le fameux ras-le-bol de fin septembre (ou du milieu de l'année*). L'annonce de la hausse des primes maladie. Cette sensation aigre-douce qu'on nous la fait à l'envers, encore et encore.

L’article