DE | FR

Le parking bientôt payant pour les motos? Lucerne ouvre la voie

Lucerne va faire payer aux motocyclistes leur place de stationnement sur la voie publique. Si la ville se veut pionnière dans la démarche, d'autres villes s'y préparent.



Payer pour parquer sa moto ou son scooter sur la voie publique: la ville de Lucerne lancera en janvier un projet-pilote dans ce sens, rapporte le Matin Dimanche.

Vingt-quatre places de ce type seront proposées dans un premier temps au tarif de 60 centimes par heure. Ce changement est rendu possible par la modification en début d'année de l'ordonnance sur la signalisation routière.

Ce qu'en disent les villes alémaniques

Un projet similaire est en cours d'élaboration à Berne. Du côté de Zurich, c'est aussi tout à fait envisageable, rapporte le Tagesanzeiger.

«La ville de Zurich peut "certainement imaginer" facturer un jour des frais de stationnement pour les motos»

Heiko Ciceri, Porte-parole du service des transports de la ville de Zurich tagesanzeiger

A Bâle, en revanche, le parlement a rejeté les projets antérieurs en ce sens. Il veut généralement épargner les deux-roues des frais de stationnement. La distinction difficile entre les motos, les motos électriques et les vélos électriques joue également un rôle.

Quid des villes romandes?

Faire payer le stationnement aux deux roues n'est pas à l'ordre du jour en Suisse romande. Lausanne envisage toutefois de limiter le temps de stationnement des motos dans certains lieux, une autre option rendue possible par la nouvelle législation.

Et le canton de Genève? Il en a déjà débattu dans le passé. «Il y a eu passablement de débats et au final, par souci de recherche de compromis, cette mention a été ôtée et ne figure pas dans le texte voté par le peuple en 2016», a précisé Roland Godel, porte-parole du Département cantonal des infrastructures, dans le Matin Dimanche.

L’annonce de la ville de Lucerne préoccupe toutefois les motards romands. C’est le cas de Pierre Zuchuat, membre de longue date de l’association Moto Club Vevey, interrogé dans Le Temps. «Dans notre association, personne ne serait d’accord de payer», défend-il. Et de pointer: «Pourquoi les motos devraient payer et pas les vélos? Simplement parce que nous avons des plaques et qu’il est plus facile de nous taxer?». (hkr)

Plus d'articles Actu

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

La rentrée universitaire a commencé! Fâchés, des étudiants résistent

Link zum Artikel

«Un jour, ces molosses vont tuer quelqu'un du village»

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Entrer en Suisse devient plus compliqué, 15 choses à savoir à ce propos

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Retour en boîte, on est prêt? Spoiler alert: non

C'est l'étape qui nous fait dire que tout ça, ça commence à ressembler pas mal à la vie d'avant. Mais est-ce qu'on est prêt à retourner en boîte? Pas sûr.

Ça y est. Merci Alain Berset. Celui qui joue avec nos nerfs depuis des mois à coups de «on ouvre, ah non finalement on ferme, mais on rouvre un peu mais genre que les terrasses mais pas trop» nous libère enfin de nos chaînes. Celles qui retiennent nos chevilles et nos pieds, prêts à enflammer le dancefloor. Mais on n'est pas prêt pour tant de bonheur. On ne dirait pas «enflammer le dancefloor», sinon. On disait comment avant? Je sais plus.

Tant pis pour la sémantique et les phrases ringardes. …

Lire l’article
Link zum Artikel