Suisse
Migros

Les Suisses pourraient être privés de viande en 2050

Image

Les Suisses pourraient être privés de viande en 2050

Un think tank zurichois, financé principalement par Migros, conseille vivement de faire disparaître tous les produits carnés de nos assiettes dans moins de 30 ans, si l'on veut sauver la planète.
29.04.2022, 11:2329.04.2022, 17:17
Plus de «Suisse»

Si vous éprouvez encore toutes les peines du monde à mordre goulûment dans un burger sans bidoche, cette information risque de vous donner de l'urticaire: un think tank zurichois, financé en grande partie par Migros, préconise la fin de la consommation de viande en Suisse pour 2050. Dans un document dévoilé vendredi, l'Institut Gottlieb Duttweiler ne fait pas de quartier: pour sauver la planète, il faudra faire une croix, par exemple sur cette côte de bœuf.

Un document que l'institut (mais aussi son porte-parole) a enrichi de punchlines marketing tranchées dans le lard:

«La viande issue de la production conventionnelle sera un jour pour nos petits-enfants ce que la cassette audio est pour nous aujourd’hui: une relique du passé»
«La production de viande est l’un des plus grands péchés contre l’environnement»
Alain Egli, porte-parole de l'Institut Gottlieb Duttweiler

Alors que la Migros est l'un des grands pivots du marché de la viande en Suisse, pourquoi son «propre camp» lui planterait un couteau dans la cuisse? Parce qu'il a participé pour la première fois à un groupe de travail composé des dix plus influents think tanks du pays. Selon les journaux de Tamedia, une table ronde sur laquelle les «20 idées les plus centrales sur la manière dont la Suisse devrait lutter contre le changement climatique» ont été déposées.

L'heure est grave et la protection du climat «n'attend pas». «Nous ne pouvons plus nous permettre notre consommation de viande actuelle si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques», assène encore ce document de l'Institut Gottlieb Duttweiler.

Quelles solutions?

Pour son porte-parole, l'idée de pouvoir se nourrir avec les deux poireaux qui poussent dans son lopin de terre au centre-ville est «jolie et romantique», mais totalement utopique. Et donc, quoi? Industrialiser en masse ce qui ne l'est pas encore (tout à fait). Viande de laboratoire, nouvelles technologies et «agriculture cellulaire».

Selon l’Office fédéral de l’agriculture (Ofag), cité par Tamedia, «les substituts de viande ont été vendus en Suisse pour 117 millions de francs en 2020». Quarante-cinq fois moins que la viande traditionnelle. En 2010, nous mangions chacun 52,4 kg de viande par année. En 2020? 47,4. C'est moins, mais c'est loin d'être gagné.

Et l’œuf sans œuf, on en parle?

Fans de Marine Le Pen: Insultes et doigts d'honneur contre Macron
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Les Suisses renoncent aux enfants et prennent un chat à la place»
La sociologue Katja Rost affirme que la situation économique ne joue qu'un rôle secondaire dans l'actuelle baisse de natalité en Scandinavie. Pas la peine non plus de diaboliser le modèle familial classique, selon l'experte. Interview.

Katja Rost, pourquoi avons-nous de moins en moins d'enfants?
Il y a trois raisons principales à cela. Premièrement, les normes sociales ont changé. Ensuite, il n'y a plus aujourd'hui - du moins du point de vue de l'individu – de véritable besoin d'assurer la relève et, troisièmement, il y a aussi des raisons technologiques.

L’article