DE | FR

Activistes climatiques condamnés à 200 francs d'amende à Neuchâtel

Des membres de la Grève du Climat manifestent avant la session du grand conseil du canton de Neuchâtel, le mardi 5 mai 2020.
Des membres de la Grève du Climat manifestent avant la session du grand conseil du canton de Neuchâtel, le mardi 5 mai 2020.Image: KEYSTONE
Les activistes d'Extinction Rebellion, qui ont bloqué le 5 mars 2020 pendant 75 minutes une des artères de Neuchâtel, ont été condamnés vendredi par le Tribunal de police.
11.06.2021, 10:1211.06.2021, 16:02

Le juge Michael Ecklin, qui a expliqué qu'il ne remet pas en cause le principe d'urgence climatique, a également précisé que chaque action jugée en Suisse par un tribunal peut amener des réponses différentes. «Ce cas n'est pas similaire à celui de Fribourg, Lausanne, Genève ou St-Gall».

Le tribunal a relevé que les activistes n'ont pas demandé d'autorisation pour manifester sur le domaine public et qu'ils ont violé la loi sur la circulation routière. Il les condamne à une amende de 200 francs chacun et au paiement des frais de la cause.

Le juge a néanmoins acquitté l'observatrice du collectif, qui s'assurait depuis le trottoir que l'action se déroule sans problème. Selon lui, on ne peut pas retenir qu'elle a entravé la circulation. (ats)

Plus d'articles sur des procès climatiques

Huit militants du climat inculpés pour avoir bloqué une banque

Link zum Artikel

Les militants pour le climat ont-ils le droit d'enfreindre la loi?

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Alexandra, militante climatique et condamnée: «On se sent insultés»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De l'armée à Instagram: Berne a déjà tout prévu sur le don d'organes
Le peuple suisse a accepté d'introduire le principe du consentement présumé pour le don d’organes, le 15 mai. Cela nécessite maintenant une vaste campagne d'information et les plans sont déjà prêts.

«Voulez-vous faire don de vos organes après votre mort ?» C'est précisément la question qui se posait à tous les citoyens suisses le 15 mai. Et le peuple a approuvé la modification de la loi sur la transplantation, toute personne ne souhaitant pas faire don de ses organes après sa mort devra s'inscrire dans un registre pour dire qu'il refuse le don.

L’article