DE | FR

Ada Marra quitte la vice-présidence du Parti socialiste

Image: sda
La conseillère nationale vaudoise Ada Marra ne sera plus la vice-présidente du PS. Elle continuera à siéger au Parlement.
13.11.2021, 10:5815.11.2021, 07:37

«Je souhaite retourner + sur le terrain pour continuer mes thématiques de prédilection: inclusion, lutte contre la pauvreté, du social dans l'écologie», a écrit jeudi la Vaudoise sur Twitter, une annonce relayée par plusieurs médias vendredi.

Interrogée dans 24 Heures et la Tribune de Genève, l'élue assure que son départ n'implique «aucune décision» quant à la suite de sa carrière. Quant à son ou sa successeur(e), elle estime qu'il «faut en tout cas un Romand. Mais une Romande qui partage ma sensibilité sociale serait encore mieux».

«Immense travail»

Sur Twitter, son parti l'a remerciée pour son «immense travail». «Tu as su porter les thèmes qui te sont chers avec brio au sein de nos instances, pour une société plus juste, plus solidaire, plus égalitaire», a écrit le PS Suisse.

Ada Marra avait été élue à la vice-présidence du PS en décembre 2018, en remplacement d'une autre Vaudoise, l'ancienne conseillère aux Etats Géraldine Savary. L'année dernière, elle avait été reconduite à cette fonction pour un second mandat, qu'elle assurera jusqu'à début février lorsque le PS aura élu son ou sa successeur(e). Ada Marra siège au Conseil national depuis 2007. (ats)

Et sinon dans l'actu...

10 manières de réagir à la mort de l'inventeur du tiramisu

Link zum Artikel

Des professionnels de la santé écrivent une lettre alarmiste à Berset

Link zum Artikel

Pourquoi la mort sera bientôt moins mortelle et plus tendance?

Link zum Artikel

Les infirmiers sont les «souffre-douleur» de notre système de santé

Link zum Artikel
Les doyens du Conservatoire de Lausanne démissionnent en bloc
«Crise» au Conservatoire de Lausanne: face à une situation «extrêmement dégradée et explosive», tous les doyens ont quitté leur poste.

Tous les doyens du Conservatoire de Lausanne (CL) ont quitté leur poste lundi. La gouvernance de l'institut, qualifiée d'«inconséquente, autoritaire et dangereuse pour la vie même du CL», en est la cause. C'est ce qu'affirme le syndicat SUD dans un communiqué diffusé mardi.

L’article