pluie modérée
DE | FR
Suisse
People

Dieudonné condamné à 180 jours amende pour discrimination raciale

Dieudonné Genève procès discrimination raciale
L'humoriste Dieudonné a été reconnu coupable par le tribunal.Image: Keystone
People

Dieudonné est condamné à 180 jours amende pour discrimination raciale

La sentence est tombée jeudi à Genève. L'humoriste français Dieudonné, absent à l'audience, a été condamné à 180 jours amende pour discrimination raciale
08.07.2021, 10:2908.07.2021, 21:45
Plus de «Suisse»

L'humoriste français Dieudonné M'bala M'bala a été condamné jeudi par le Tribunal de police de Genève à une peine pécuniaire de 180 jours amende, à 170 francs le jour, pour discrimination raciale. Le prévenu n'était pas présent à l'audience de jugement.

Injures sur scène

Dieudonné, âgé de 55 ans, était poursuivi pour avoir proféré des propos négationnistes lors de son spectacle «En vérité», qu'il avait présenté à Nyon (VD) et à Genève, en 2019. A la fin d'un sketch, un des personnages de l'humoriste avait crié que «les chambres à gaz n'ont jamais existé».

L'humoriste était aussi jugé pour avoir injurié sur scène la Cicad (Communauté intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation), lui disant d'aller se faire enculer, ainsi que d'avoir porté atteinte à l'honneur du secrétaire général de cette organisation, Johanne Gurfinkiel, le traitant notamment de raciste.

L'avis du tribunal:

Pour la présidente du Tribunal de police, Sabina Mascotto, la faute commise par Dieudonné est importante. L'humoriste a porté atteinte à la dignité humaine et a fait preuve de mépris à l'encontre des associations juives et de leurs membres.

Dans son jugement, le tribunal reconnaît qu'il peut exister des différences dans le traitement des tragédies humaines qui ont marqué l'histoire, certaines étant moins mises en avant que d'autres, mais que ce constat ne peut justifier le fait «de minimiser l'immense souffrance du peuple juif».

La présidente du tribunal a relevé que le prévenu «était seul responsable des propos qu'il tenait». Le passé de Dieudonné n'a pas plaidé en sa faveur. «Il a déjà proféré des injures raciales envers les juifs». Il a aussi fréquenté Robert Faurisson, qui était un «négationniste notoire» et Alain Soral, qui est «un antisémite notoire».

Pour le tribunal, la phrase niant l'existence des chambres à gaz, qui tombe à la fin d'un sketch sans rapport avec les juifs ou leur génocide, doit être comprise comme un propos négationniste. Il n'est pas soutenable de l'interpréter comme une dénonciation de l'instrumentalisation de la Shoah ou une critique de l'Etat d'Israël.

Et maintenant, un recours?

Pascal Junod, l'avocat de Dieudonné, n'a pas exclu un recours contre le jugement du Tribunal de police. Il a souligné qu'en France, le spectacle controversé n'a pas causé de problème alors que l'arsenal pénal visant les propos racistes y est beaucoup plus développé qu'en Suisse. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
PostFinance agace les Suisses
La filiale bancaire de La Poste a dévoilé sa nouvelle identité visuelle. Pour «rester dans l'air du temps», l'entreprise accouche d'une croix suisse passablement méconnaissable et abandonne le rouge, pourtant si emblématique. Alors que les clients semblent circonspects, on a passé un coup de fil à un graphiste pour savoir si PostFinance a vraiment fait tout faux.

Un vague hashtag? Deux routes blanches qui se croisent? Des quarts de cercle qui se frottent? Ou une croix suisse ébouriffée? Comme toujours, ce sera au public de décider ce qu'il veut bien voir. Ce qui est sûr, c'est que la nouvelle identité visuelle de PostFinance, dévoilée discrètement cette semaine, voudrait exprimer le «dynamisme», la «modernité», la «fraîcheur», la «confiance», la «fiabilité».

L’article