DE | FR
shutterstock

Se faire vacciner pour 50 francs? Le «chantage» ne prend pas en Suisse

Les bons de 50 francs pour l’aide à la vaccination sont salement accueillis en Suisse romande. Tout comme l’idée de mobiliser des conseillers à la vaccination.
07.10.2021, 16:58

Sur ce coup, le Conseil fédéral a fait tout faux. Ou presque, si l’on en croit les réponses des cantons romands aux propositions de la Confédération pour booster la vaccination dans le pays. Sans surprise, la suggestion de donner des «bons d’achat pour les conseils donnés par la population» – les fameux 50 francs – concentre toutes les critiques.

Fribourg est particulièrement réticent. Là-bas, on juge cette démarche «très particulière», proche du «chantage», qui pourrait ainsi se retourner contre le but recherché, c'est-à-dire la vaccination.

Il poursuit ses critiques:

«Les "récents" vaccinés vont se sentir frustrés et cette mesure pourrait avoir un effet négatif sur une cohésion sociale déjà mise à mal par la pandémie et les mesures qui en découlent»

A Neuchâtel aussi, le ton est pour le moins sceptique. Le canton évoque les problèmes éthiques et pratiques de la mise en œuvre d’une telle mesure, y voyant un précédant «très problématique dans les logiques de santé publique». «Cela pourrait, par exemple, ouvrir la porte à une marchandisation du don d’organes, de sang, etc.», écrit-il.

Le canton enfonce le clou:

«Il s’agirait d’une énorme inégalité de traitement par rapport à toutes celles et ceux qui ont d’ores et déjà réalisé le geste solidaire de se faire vacciner sans être rémunéré-e-s pour autant»

Ces idées d’inégalité de traitement et de cohésion sociale sont partagées par le Jura. Dans sa réponse, le petit canton affirme d’abord que mettre en œuvre et contrôler une telle mesure serait difficile.

Et puis, il ajoute:

«Sur le fond, la mesure récompense financièrement un conseil aboutissant à un acte médical qui n’est pas obligatoire. Cette mesure pose pour le Gouvernement jurassien un problème éthique et n’est pas propre à faire baisser la tension présente dans la société autour de la question de la vaccination»

Quant au canton de Vaud, il rejette aussi l’idée, proposant comme alternative d'offrir une sérologie chez les personnes hésitantes afin de déterminer leur taux d’immunité. Genève pense pareil, nous apprend le canton du bout du lac.

Fun fact pour finir: plusieurs cantons relèvent qu'il serait malaisant de réaliser du démarchage vaccinal en même temps que les «classiques» courtiers en assurances, particulièrement actifs à cette période de l'année.

Les «informations individuelles» mal vues

Vendredi dernier, le Conseil fédéral proposait aussi de mobiliser quelque 1700 personnes pour prodiguer des conseils personnels aux personnes réticentes à la vaccination. L’objectif est le même: de motiver les hésitants de la vaccination à franchir le pas. Mais ça ne passe pas vraiment, disent les cantons romands. Florilège:

  • Le Jura estime que cette mesure pourrait être «très mal accueillie» et s’avérer «contreproductive en augmentant la tension ambiante».
  • Neuchâtel évoque un «énorme gaspillage de ressource déjà programmé» ainsi qu’un renforcement des avis anti-vaccination. Il prie aussi le Conseil fédéral de ne «pas négliger le risque d’agression verbale et physique encouru par les conseillers».
  • Fribourg affirme que cette manière d’informer «peut être ressentie comme agressive et intrusive par la population».
  • Vaud et Genève ne sont pas non plus vraiment motivés, saluant quand même, en substance, les différentes volontés de renforcer la communication autour de la vaccination.

Cela dit, tout n’est pas à jeter pour autant. Parmi les propositions du Conseil fédéral, celle des unités mobiles de vaccination est diversement appréciée. Surtout, l'intensification de la vaccination au sens large reçoit un accueil largement favorable, notamment le projet de «semaine de la vaccination».

Reste à savoir quand l'organiser, car le calendrier des cantons est pour le moins serré. Entre le 1er novembre férié dans les cantons catholiques, additionné de la journée nationale de la vaccination contre la grippe le 5 novembre (ça ne s'invente pas), les Romands espèrent que la Confédération trouvera le bon moment. (gch)

Copin, elle mange:

Vidéo: watson

Eux en ont un peu rien à faire de tout ça…

1 / 19
Des photos étranges prises dans des supermarchés américains
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Macron est accusé d'avoir volé des millions de doses de vaccin

Un célèbre tabloïd britannique s'en est violemment pris au président français. Il l'accuse d'avoir «comploté avec l'UE» en dérobant des doses de vaccin AstraZeneca.

Macron, bicorne sur la tête, épaulette militaire, les yeux dans le vide. Et puis ce titre, sans équivoque: «La France a volé près de 5 millions de doses de vaccin Covid à la Grande-Bretagne dans une crise post-Brexit.»

L'article du Sun, paru le jeudi 7 octobre, n'épargne ni la France ni son dirigeant, qu'elle accuse d'avoir comploté avec les autorités bruxelloises, tel un Napoléon des temps modernes. Comment? En bloquant volontairement l'exportation de millions de doses de vaccins AstraZeneca …

Lire l’article
Link zum Artikel