DE | FR

Est-ce trop dur de devenir Suisse? 4 questions soulevées

La loi a été durcie en Suisse et l'Observatoire du droit d'asile et des étrangers estime que cela soulève une série de problèmes qui exclut notamment deux millions d'habitants du pays.
23.11.2021, 07:5623.11.2021, 17:31

La procédure de naturalisation en Suisse est l'une des plus sévères dans le monde. Les exigences varient d'un lieu à l'autre et créent des inégalités. Pour l'Observatoire du droit d'asile et des étrangers (ODAE), la loi durcie depuis 2018 doit être urgemment simplifiée.

L’Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers, c'est quoi?
Fondé en 2008, l’ODAE-Suisse observe et documente l’application de la loi dans les procédures relevant de l’asile et du droit des étrangers, ainsi que les conséquences pour les personnes concernées. Les analyses de l’ODAE-Suisse servent à informer et à sensibiliser les professionnels, les autorités, les parlementaires, les médias et le public.

Qu'est-ce que le rapport pointe?

Le quota de naturalisation se situe en Suisse à à peine 2%, indique un rapport publié, mardi, sur la question. Environ un quart de la population résidant en Suisse n’a pas de passeport suisse (deux millions de personnes) et est exclu de l’exercice des droits politiques, mais aussi d’un droit de séjour stable et inconditionnel.

Les conditions à remplir pour la naturalisation sont trop sévères et la procédure est trop diverse. Le rapport documente plusieurs cas et montre clairement combien la procédure de naturalisation est complexe dans la pratique et que le droit de citoyenneté est encore souvent compris comme un privilège et un instrument d’exclusion.

Comment devenir Suisse aujourd'hui?

La personne qui veut demander sa naturalisation doit remplir deux conditions formelles:

  1. Détenir une autorisation d’établissement (permis C).
  2. Vivre en Suisse depuis au moins dix ans.

Les personnes désirant être naturalisées doivent aussi remplir des «critères d’intégration». L'intégration est réussie:

  • Si la personne respecte la sécurité et l’ordre publics et les valeurs de la constitution.
  • Si elle peut se faire comprendre dans une des langues nationales.
  • Si elle participe à la vie économique ou à l’acquisition d’une formation.
  • Si elle soutient l’intégration de sa famille.

Qu'est-ce qui complique la naturalisation suisse?

Avant la révision, une autorisation de séjour (permis B) ou une admission provisoire (permis F) pouvait suffire. Avec la nouvelle règle en vigueur, beaucoup de personnes, surtout des jeunes nés en Suisse ou venus en Suisse comme enfants, restent longtemps exclus du droit de citoyenneté suisse. Or, il est prouvé que la naturalisation accélère la participation et l’intégration.

Les cas décrits par l’ODAE-Suisse montrent que ces critères sont appliqués de manière trop rigide, quelques exemples:

  • Dans un cas, la demande de naturalisation a été suspendue en raison d’un accident routier sans dommage.
  • Dans d’autres cas, le canton ou la commune a rejeté la demande parce que les personnes ne connaissaient pas des détails spécifiques locaux.

En outre, selon l’ODAE-Suisse, les différences communales et cantonales concernant la procédure sont trop grandes.

Dans certains cantons, c'est l'Assemblée communale qui accepte les nouveaux citoyens suisses.
Dans certains cantons, c'est l'Assemblée communale qui accepte les nouveaux citoyens suisses.Image: KEYSTONE
Faut-il faciliter l'accès au passeport suisse?

Quels changements sont revendiqués?

Pour garantir une plus grande équité, l'ODAE-Suisse fait une dizaine de recommandations:

  1. Les entretiens de naturalisation devraient être menés au niveau communal par des organes spécialisés et être verbalisés.
  2. Il faudrait abolir les votes sur les naturalisations dans des assemblées communales.
  3. Les demandes de naturalisation ne devraient pouvoir être suspendues que si cela est nécessaire en raison de procédures pénales en cours. Sinon, il devrait être statué sur les demandes dans un délai clairement défini.
  4. Les émoluments de la procédure de naturalisation devraient être unifiés et baissés dans toute la Suisse.
  5. Les autorités devraient informer de manière proactive sur la possibilité d’une naturalisation.
  6. Les personnes au bénéfice d’un permis de séjour ou d’une admission provisoire devraient pouvoir présenter une demande et la durée de séjour nécessaire de dix ans doit être diminuée.
  7. Les cantons et les communes ne devraient pas aller au-delà des exigences de la Confédération pour ce qui est des conditions de naturalisation.
  8. Pour les réfugiés, la procédure de naturalisation doit être accélérée.
  9. La deuxième génération devrait être naturalisée de manière facilitée et le principe de jus soli devrait enfin être introduit, à savoir qu’une personne née en Suisse devrait acquérir la nationalité suisse à la naissance.
  10. Les procédures de naturalisation doivent être conçues de manière équitable, égalitaire et sans discrimination.

(jah/ats)

Et, sinon dans l'actu...

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

C'est officiel, Eric Zemmour annonce sa candidature ce mardi

Link zum Artikel

La ville la plus chère au monde... n'est pas celle que vous croyez

Link zum Artikel

Affaire Baldwin: elle avoue «ne pas vraiment avoir vérifié l'arme»

Link zum Artikel

Les héritiers Gucci se plaignent alors que le film est déjà sorti

Link zum Artikel
«Ces métiers veulent un meilleur salaire, mais aussi de la reconnaissance»
L'initiative pour des soins infirmiers forts a été largement acceptée. Le secteur sera désormais davantage valorisé. Mais le bâtiment, la restauration ou encore l'agriculture sont autant de branches qui ont aussi besoin de plus de considération. Enrico Borelli, syndicaliste à Unia, répond à nos questions.

C'était attendu, ça s'est produit. Un grand «oui» a surgi des urnes dimanche dernier 28 novembre pour l'initiative sur les soins infirmiers, qui demandait à inscrire dans la Constitution une réglementation des salaires et aux cantons de garantir un nombre suffisant de diplômés et mettre en place une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Le secteur des soins souffre effectivement de conditions de travail critiques, mais ce n'est pas le seul. Enrico Borelli, syndicaliste à Unia, nous livre son analyse.

L’article