DE | FR

J'ai testé pour vous: l'app qui permet de devenir suisse

Le canton de Vaud a mis en ligne une application pour les candidats à la naturalisation suisse, afin de s'entraîner au test de connaissances. Alors j'ai tenté l'expérience, histoire de vérifier que je suis bien une authentique patriote.
25.09.2021, 08:0326.09.2021, 10:28
Suivez-moi

Ce n'est pas un scoop: le passeport helvétique ne s'obtient pas en un claquement de doigts. Parmi les nombreuses démarches administratives, chaque prétendant doit se frotter à un test de connaissances. Il s'agit de s'assurer que le candidat est familiarisé avec la culture suisse et qu'il s'intègre bien dans sa commune.

À vos tests!

Le canton de Vaud a décidé de soutenir les candidats en mettant au point deux outils numériques pour se préparer au mieux à cette étape importante:

  • Une application, avec les questions.
  • Une présentation sous forme de didacticiel, qui sert de complément.

Moins fastidieux que les questionnaires en format PDF statiques disponibles jusqu'à maintenant, les deux outils permettent désormais un usage plus fluide et attrayant.

L'application, baptisée «A-Vaud-Test» (ben oui, l'Etat de Vaud a aussi le droit d'avoir le sens de l'humour), permet de s'entraîner en se confrontant à 160 questions à choix multiples, spécifiques selon la commune de résidence.

Au menu: quatre domaines (géographie, société, politique, histoire) et trois niveaux (fédéral, cantonal, communal). Il est également possible de passer un examen à blanc avec 48 questions à répondre en une heure.

Du coup, j'ai testé pour vous!

Ça tombe bien: fraîchement lausannoise depuis quelques semaines, me voilà toute désignée pour vérifier si je suis une bonne Vaudoise.

Ainsi, j'ai pu vérifier ma culture sportive...

Mais aussi ma culture géographique (oui oui, je suis une bille en géo)...

Et surtout, religieuse (ne me dites pas que vous saviez ça).

160 questions plus tard, je dois avouer que j'ai eu une légère sueur froide. Suis-je vraiment capable de devenir suisse alors que je le suis déjà?

Pour rappel, ce test de connaissances est considéré comme réussi avec au moins 70% de bonnes réponses. Les «vrais» candidats peuvent se présenter jusqu'à trois fois.

Verdict...

Bon, je passe juste, avec 76% de réponses correctes.

Si vous êtes candidat à la naturalisation, mais que vous n'y connaissez rien à la réforme luthérienne, rassurez-vous: ce test de connaissances n'est «qu'une étape parmi d'autres» pour devenir Suisse.

Une personne qui échouerait de peu au test pourrait compenser cet échec avec une bonne évaluation devant les autorités communales.

Chaque année, 7000 personnes reçoivent la nationalité suisse dans le canton de Vaud.

Et vous, êtes-vous un bon Suisse?

Si ce test est avant tout destiné à faciliter la vie des personnes qui veulent obtenir le passeport helvétique, toute personne qui s'intéresse à la Suisse et au canton de Vaud peut jouer avec ces deux applications. On vous invite à tenter le coup ici.

Et si vous échouez, voilà la présentation pour vous rafraîchir la mémoire.

Verdict: êtes-vous un bon patriote?

Animaux mal empaillés

1 / 23
Animaux mal empaillés
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Les Trentenaires

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le Tribunal fédéral met une claque au système de l'assurance-invalidité
Une mère célibataire paraplégique a remporté une grande victoire contre l'assurance-invalidité. Le Tribunal fédéral a révisé une décision de référence concernant les personnes assistées.

Une mère célibataire de 49 ans a remporté, début septembre, une victoire éclatante contre l'assurance-invalidité (AI). Après une bataille juridique de plusieurs années, le Tribunal fédéral a annulé l'évaluation de l'office AI du canton de Zurich, estimant qu'elle n'était pas «appropriée». En d'autres termes, l'assurance-invalidité était trop chiche.

L’article