Suisse
Politique

Ruth Dreifuss exprime son désarroi face à l'évolution de la LAMal

Ruth Dreifuss exprime son désarroi face à l'évolution de la LAMal

L'ancienne conseillère fédérale suisse Ruth Dreifuss critique sévèrement la gestion de la LAMal, dont elle est à l'origine en 1994. Elle déplore l'absence de révisions majeures et le manque de coordination, tout en soulignant les opportunités.
03.09.2023, 13:58
Plus de «Suisse»
Ruth Dreifuss se dit optimiste
La Genevoise déplore le peu de moyens d'intervention dont dispose l'Etat.Keystone

L'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss se désole de l'évolution de la LAMal, qu'elle a introduite en 1994 lorsqu'elle était à la tête du Département fédéral de l'intérieur. «Depuis trente ans, on a bricolé, et on continue de le faire», dit-elle.

«Quand nous avons gagné la votation, j'ai dit à mes collaboratrices et collaborateurs qu'il fallait ouvrir le chantier des révisions, parce que la loi avait des défauts qui devaient être corrigés progressivement, déclare Ruth Dreifuss dans Le Matin Dimanche. Mais le chantier n'a jamais vraiment été ouvert.»

«Depuis trente ans, on a bricolé, et on continue de le faire. C'est du rafistolage», poursuit-elle.

«Il n'y a pas de pilote dans l'avion. Ou plutôt, il y en a trop et tous tirent dans des directions différentes. Du coup, l'avion ne vole pas très droit. Il ne va pas s'écraser, mais trop de passagers sont secoués»

L'ex-conseillère fédérale pointe une autre promesse non tenue: les subsides devaient suivre l'évolution des coûts de la santé, avec un partage des frais entre la Confédération et les cantons. «La Confédération tient sa promesse, mais de nombreux cantons n'ont pas suivi», explique-t-elle. Un article paru cette semaine dans les titres Tamedia montre que dix cantons ont même réduit leurs subsides entre 2012 et 2022.

De l'espoir au bout du tunnel

Ruth Dreifuss estime toutefois que des opportunités peuvent émerger de la crise de la LAMal que connaît actuellement la Suisse. Elle rappelle que ce système a justement été introduit dans un contexte de grosses difficultés à la fin des années 80 et au début des années 90.

«Je ne suis pas du tout désespérée: certaines propositions faites aujourd'hui sont tout à fait sensées»

déclare-t-elle. Une caisse publique, comme souhaitée par le PS, peut, à ses yeux, apporter un meilleur suivi des personnes et une plus grande solidarité si elle inclut tout le monde. Cette caisse doit être unique. «Sinon, elle devra s'aligner sur ses concurrents. Ou alors, elle n'attirera que les mauvais risques», précise-t-elle.

La socialiste rejette par contre en bloc la proposition de l'UDC Natalie Rickli de supprimer l'assurance obligatoire. Il s'agit, selon elle, d'une attaque au principe de solidarité et aux personnes de la classe moyenne qui ne pourraient pas se payer une assurance facultative. «Il faut se souvenir qu'avant la LAMal, il n'y avait pas de solidarité entre malades et bien-portants, ni entre jeunes et vieux», souligne-t-elle. (dal/ats)

Le Conseil fédéral suisse est sur Instagram
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un fromager suisse en prison pour un brie mortel
Un fromager du canton de Schwyz a été condamné pour le décès de sept personnes et l'intoxication de treize autres personnes qui avaient mangé son brie rempli de listeria.

Un ancien fromager schwyzois écope de 2 ans de prison avec sursis pour homicides par négligence. Entre 2018 et 2020, il a produit et vendu du brie infesté de listeria. La consommation de ce fromage avait provoqué sept décès et rendu très malades au moins 13 personnes.

L’article